Partager cet article

RSS
L'Internaute > Science > Biologie >  > Biologie > Dossier > La cartographie du cerveau
Précédent

1. Les fonctions-clés

Suivant 
Virus : les 5 questions que se pose la recherche

SOMMAIRE
Les fonctions-clés
»
Les 5 sens
 Zones du cerveau
» Le langage
 Lire et entendre
» La mémoire
 Alzheimer

Comprendre
»
Neurones et synapses
 Transmission
» Deux hémisphères
 Organes spécialisés
» Neurotransmetteurs

 En savoir plus

   Sujet illustré

Voir les zones
Les zones sensorielles du cerveau

Le toucher
Partout sur notre peau, se trouvent des récepteurs tactiles appelés mécanorécepteurs. Sensibles à la force, à l'intensité, à la chaleur, ils sont très inégalement répartis. Au bout de nos doigts ou sur les lèvres, la densité des mécanorécepteurs est très forte, dans le dos, elle est très faible.

La douleur est véhiculée par des fibres différentes, plus fines et plus faciles à neutraliser par un anesthésique local. Alors que toutes les sensations aboutissent dans le cortex, ce dernier est insensible à la douleur.

Le centre de la douleur se trouve en effet dans le thalamus (au milieu du cerveau). Pour parvenir au cerveau, l'influx nerveux coit franchir un "neurone-porte". Lorsque ce neurone est actif, la porte est fermée et les sensations ne parviennent plus jusqu'au cerveau. Or l'excitation prolongée des fibres fines inhibent le neurone-porte et favorisent donc son ouverture. Au contraire, les grosses fibres stoppent la douleur.

La vision
Les informations visuelles arrivent à la rétine sous forme de lumière. Les cellules réceptrices (les cônes et les bâtonnets) traduisent ces informations en influx électriques par l'intermédiaire des nerfs optiques. Elles sont ensuite acheminées vers le cortex occipital pour être décodées. Le cortex visuel possède des aires indépendantes pour la couleur, la forme, le mouvement…

L'une d'elle est par exemple spécialisée dans la perception du mouvement. Pour ces cellules, le déplacement d'un objet est plus important que la nature de cet objet.

Il existe deux voies principales de traitement de l'information visuelle : la voie ventrale, celle de l'identification de l'objet ("qu'est-ce que c'est"), et la voie dorsale, celle de la position de l'objet ("où est-ce"). La voie dorsale serait aussi celle des réactions associées à un stimulus visuel, car en relayant les informations spatiales, elle permet l'interaction avec notre environnement.

L'audition
Les sons sont captés par le tympan sous forme de vibrations. Dans l'oreille interne, des cellules munies de cils microscopiques excitent le nerf auditif arrivant au lobe temporal. Chaque hémisphère a une manière différente de traiter l'information. Le cortex gauche est plutôt chargé de l'identification des sons, tandis que le cortex droit est spécialisé dans la qualité et l'intensité musicale. Le langage suit lui une voie spécifique.

Le goût et l'odeur
Bien que différents, ces deux sens sont étroitement liés. En effet, la perte de l'odorat entraîne immanquablement une perte du goût. Les informations sont transférés directement dans l'aire préfrontale. Sensations les plus primaires, elles sont en interaction avec les zones de l'émotion, et subissent peu de traitement analytique. Cependant, les goûts et les odeurs semblent être des données très importantes pour la mémoire : des expériences avec des étudiants ont montré qu'en associant une odeur à un mot, leur capacité de mémorisation était accrue de 20%.
Précédent

 

Suivant 
Magazine Science
Envoyer | Imprimer
Haut de page
Votre avis sur cette publicité