L'Internaute > Science  > Biologie > Dossiers > Biométrie, l'identité par le corps
DOSSIER
 
Juillet 2006

La reconnaissance faciale

C'est la technique la plus simple et la moins contraignante. Mais elle a encore de gros progrès à faire. En mode vidéo, les résultats ne sont pour l'instant pas très probants.

  Envoyer à un ami | Imprimer cet article  

Technologie

Cette technique consiste tout bêtement à "reconnaître" quelqu'un par sa photo. Une webcam capture l'image du visage présenté, et l'envoie à un logiciel pour la numériser.

Le logiciel repère d'abord la position des yeux pour procéder à un "alignement". En fonction de cet alignement, un relevé de différents points caractéristiques du visage est effectué (ailes du nez, forme du menton, écartement des yeux…). Un tracé géométrique personnel est alors enregistré comme gabarit (chaque visage est codé sous forme de fichier de 84 octets), et c'est sur ce dernier que s'effectueront ensuite les recherches.

Une des technologies les plus utilisées est celle de "l'Eigenface", développée par le MIT à partir d'analyses statistiques de milliers de visages. Elle consiste à décomposer le visage en plusieurs images faites de nuances de gris, chacune mettant en évidence une caractéristique particulière. Le système des "réseaux de neurones" sont encore plus performants, surtout dans des conditions difficiles de capture. Ils emploient un autre algorithme pour déterminer la similitude entre des captures d'images de visage et des gabarits.

Pour plus de sécurité lors du recoupement, on utilise plusieurs algorithmes de recherche et on signale plusieurs personnes susceptibles de correspondre à la requête. Certains systèmes sont capables de comparer jusqu'à 60 millions de visages par minute. . Photo ©

Avantages

Le principal avantage, c'est que cette technologie est non intrusive, et peut même se dérouler à l'insu de l'utilisateur pour la vidéo. Les progrès accomplis ces dernières années sont considérables. Au point que les systèmes sont aujourd'hui capables de reconnaître des individus même avec des artifices (fausses moustaches, barbe, lunettes…). "Seule une chirurgie importante du cartilage du visage pourrait tromper le système" affirme ainsi la société Zalix, qui vend une solution de reconnaissance faciale.

Inconvénients

En position fixe et éclairée, les taux de reconnaissance sont effectivement très élevés, mais en vidéo la technique n'est pas encore au point. Même en imaginant que la technique s'améliore, le visage est trop changeant pour être un repère biométrique suffisamment fiable. Une étude américaine a par exemple montré qu'un changement d'angle de 45° de la caméra rendait le système quasi inutilisable. Du coup, plusieurs aéroports ont abandonné la technique.

Applications

La technologie de reconnaissance faciale est aujourd'hui en pratique dans plusieurs casinos aux Etats Unis et en France (identification des joueurs interdits ou individus fichés), aéroports, stades (refoulement de supporters connus et dangereux), centres commerciaux ou grands magasins.

Mais pour des usages à grande échelle, la reconnaissance faciale est le plus souvent associée à une autre technique biométrique. Le gouvernement israëlien utilise un système combiné forme de la main / reconnaissance faciale pour filtrer les palestiniens en provenance de la bande de Gaza, et en Ouganda, les élections se déroulent à partir d'un fichier de "visages" d'électeurs.

 

Magazine Science Envoyer | Imprimer Haut de page
Votre avis sur cette publicité