L'Internaute > Science  > Biologie > Dossiers > Immunité : l'armée qui nous protège
SOMMAIRE

En savoir plus

Sujet illustré

Agrandir
Un lymphocyte, soldat du corps humain. © DR
"Tout agent différent du soi est reconnu comme étranger par l'organisme"

Comment notre corps fait-il face au nombre invraisemblable d'agents infectieux venus de l'extérieur ? Comment reconnaît-il ce qui est à lui (le soi) de ce qui ne l'est pas (le non soi) ? Grâce au système immunitaire. Cet ensemble organisé et coordonné est le véritable ministère de la défense de l'organisme.

Premiers remparts

Depuis la peau, qui fait barrière avec le milieu extérieur, jusqu'aux cellules "tueuses" et aux anticorps, le corps possède tout un arsenal lui permettant de se protéger des envahisseurs.

Les éléments les plus importants de ce système sont la peau et les muqueuses. Les cellules y sont très étroitement juxtaposées, ce qui les rend imperméables aux agents infectieux. En s'interposant entre le milieu intérieur et le milieu extérieur, elles préviennent l'entrée de tout corps étranger. D'ailleurs, les personnes ayant perdu trop de peau, par brûlure, succombent à des infections.

Le long des muqueuses, du mucus englué dans des cils vibratiles permet d'enrober l'intrus puis de l'évacuer vers l'extérieur. Le corps possède également des systèmes de défense chimiques (pH par exemple, acide lactique) et biochimiques (enzymes, acides gras, flore intestinale...).

Défenses organisées

Il semble déjà bien paré. Mais ce n'est pas tout : car parfois, des envahisseurs pénètrent malgré tout, et il faut les déloger. Cette fois, ce sont les mécanismes de défense spécifiques qui prennent le relais. Capables de reconnaître le soi du non soi, ils se tiennent prêts à intervenir.

Mais comment distinguer ce qui appartient au corps de ce qui n'a rien à y faire ? Grâce à des récepteurs sur la membrane de ses cellules. En effet, chaque cellule de notre corps possède, enchâssée dans sa membrane, une sorte de carte d'identité faite de récepteurs (des protéines). Tout agent différent du soi est reconnu comme étranger par notre organisme. C'est ce non-soi qui déclenche une réaction immunitaire.

Magazine Science Envoyer | Imprimer Haut de page
Votre avis sur cette publicité