L'Internaute > Science  > Biologie > Dossiers > Immunité : l'armée qui nous protège
SOMMAIRE

En savoir plus

Sujet illustré

Agrandir
Le principe du vaccin. Photo © DR
"nous ne naissons pas avec un système de défense abouti"

On appelle réponse immunitaire l'activation des mécanismes du système immunitaire face à une agression de l'organisme. Comment le corps sait-il se défendre ? Il existe deux types de mécanismes : l'un est inné, et l'autre s'acquiert.

Naturellement immunisé

Le premier mécanisme de défense, c'est l'immunité innée ou naturelle ou encore non spécifique. Citons par exemple la protection fournie par la peau et les muqueuses, l'acidité gastrique, ou les larmes. Il y a aussi les cellules phagocytaires, macrophages et neutrophiles. Véritables éboueurs de l'organisme, elles ingurgitent les microbes puis les tuent et les digèrent. Cette fonction de phagocytose est possible grâce à un attirail d'enzymes.

Les cellules ne sont pas seules dans cette lourde tâche, elles sont aidées par des protéines (elles sont plus de 35 sortes) qui circulent normalement dans le sang, comme celles qui forment le système du complément, qui sont activées au contact des microbes et les détruisent.

Agrandir
Stratégies de défense © L'Internaute

Toujours dans l'immunité innée, on trouve les lymphocytes NK (acronyme de l'anglais Natural Killer, c'est à dire "cellules tueuses naturelles"). Elles détruisent nos propres cellules infectées par les virus avant qu'ils aient eu le temps de propager la maladie. Bien sûr, de nombreux mécanismes de régulation empêchent les NK de s'attaquer aux cellules saines. Voilà donc l'état de nos défenses à la naissance.

L'apprentissage par la confrontation

Mais les microbes possèdent d'ingénieux mécanismes qui leur permettent d'échapper rapidement à nos défenses innées : ils sont capables de se transformer grâce à des mutations. Pour les vaincre, nous devons fabriquer certaines armes très spécifiques. C'est l'immunité acquise.

Les cellules responsables de cette fonction sont les lymphocytes. Toutes les molécules variées qui constituent le microbe sont des antigènes. D'abord, des macrophages reconnaissent l'antigène et le présentent aux lymphocytes. Ceux fabriquent alors des anticorps (ou immunoglobulines), des protéines qui s'adaptent à chacuns des antigènes, un peu comme les pièces d'un puzzle.

L'anticorps possède 2 sites de fixation : il s'accroche à l'antigène d'une part, et à une cellule immunocompétente prête à détruire l'antigène d'autre part. © DR

Nous sommes capables de fabriquer un très grand nombre d'anticorps. Ils ont trois fonctions principales : se lier à l'antigène, activer des protéines et recruter des cellules immunocompétentes qui détruiront l'intrus.

La réponse immunitaire se manifeste donc à deux niveaux : au niveau cellulaire, grâce aux globules blancs et au niveau humoral par l'intermédiaire des anticorps présents dans le sang. Nous ne naissons donc pas avec un système de défense abouti, notre immunité s'affine avec l'expérience et au cours du temps. C'est d'ailleurs le principe de la vaccination.

En savoir plus

Comment combattre les virus ?

Magazine Science Envoyer | Imprimer Haut de page
Votre avis sur cette publicité