L'Internaute > Science  > Biologie > Dossiers > Immunité : l'armée qui nous protège
SOMMAIRE

En savoir plus

Sujet illustré

On l'a vu, l'immunité n'est pas seulement innée : elle s'acquiert. Suite à une première introduction d'antigènes dans l'organisme, la réponse immunitaire, ou la production d'anticorps est dite primaire. Dans ce cas, elle ne se développe qu'après un temps de latence (quelques jours). Elle est secondaire si le contact avec le même antigène a déjà eu lieu auparavant. L'organisme ayant déjà été sensibilisé à cet antigène, les anticorps apparaissent dans le sang très rapidement. En effet, les lymphocytes qui ont fabriqué ces anticorps en ont conservé la mémoire et, de nouveau exposés au même microbe, ils se remettent instantanément à produire les anticorps spécifiques. La défense est alors opérationnelle en très peu de temps. Une première attaque microbienne nous immunise donc contre une seconde.
C'est d'ailleurs le principe de la vaccination, un procédé visant à introduire un agent extérieur (le vaccin) dans un organisme vivant afin de créer une réaction immunitaire positive. Le vaccin est un antigène destiné à stimuler le système immunitaire. Il permet la fabrication, par le corps, d'anticorps naturels ciblés contre des éléments pathogènes identifiés. Un vaccin est donc "dédié" à une maladie mais pas à une autre. En cas d'attaque de l'agent pathogène, le corps est déjà entraîné et ne se laissera pas envahir. Diphtérie, tétanos, coqueluche, poliomyélite, méningite, hépatite B, grippe, tuberculose, rougeole, rubéole, oreillons… Le nombre de maladies qcontre lesquelles des vaccins existent ne cesse de s'allonger.

Photo © DR
 
Magazine Science Envoyer | Imprimer Haut de page
Votre avis sur cette publicité