L'Internaute > Science  > Biologie > Dossiers > Immunité : l'armée qui nous protège
SOMMAIRE

En savoir plus

Sujet illustré

Une brûlure du second degré déclenche une réaction inflammatoire. Photo © DR
"L'afflux de sang apporte des lymphocytes et autres cellules immunocompétentes pour combattre les corps étrangers"

Vous vous êtes coupé ou brûlé. La blessure gonfle, vous fait mal et rougit. Cette fois, c'est à travers une inflammation que votre système immunitaire réagit.

Comme pour la fièvre, il s'agit d'une réaction de défense immunitaire du corps à une agression : infection, brûlure, allergie... mais contrairement à l'infection, il n'y a pas forcément d'agent pathogène extérieur : la réponse immunitaire peut être déclenchée par des cellules mortes, des toxines libérées par des cellules lésées (la barrière de la peau est malmenée). Parfois, une infection peut aussi être cause d'inflammation.

Rouge et gonflé pour mieux guérir

Par quels mécanismes apparaissent rougeur, gonflement, démangeaison ? Les facteurs activateurs de l'inflammation sont des "signaux de danger", des substances produites par les tissus lésés en réponse à une agression altérant leur fonctionnement normal : cytokines "pro-inflammatoires", enzymes, histamine, kinines... Toutes ces molécules génèrent des cascades de réactions aboutissant notamment à la libération de prostaglandines et à un ensemble de troubles tissulaires parmi lesquels des modifications de la microcirculation dans les territoires lésés. La rougeur et le gonflement sont dus à cela.

Les anti-inflammatoires non-stéroïdiens agissent en inhibant l'action d'une enzyme permettant la formation de prostaglandines. © Credit

Ils ne sont pas inutiles : la vasodilatation permet d'augmenter la circulation du sang. Non seulement il évacuera cellules mortes et toxines. Mais en plus, il apportera les éléments nécessaires à la guérison, comme des lymphocytes et autres cellules immunocompétentes (macrophages par exemple) pour combattre les corps étrangers. Par osmose, l'eau du plasma sanguin se diffuse dans les tissus, ce qui provoque un œdème. C'est lui qui, en comprimant les nerfs alentours, provoque la douleur et les démangeaisons.

Pendant ce temps, la destruction des germes et toxines par les cellules immunitaires entraîne la mort de ces nombreuses cellules dont les débris forment le pus. Il devra être évacué, puis le corps devra régénérer les tissus abîmés.

En savoir plus

Comment agit l'aspirine ?
Pourquoi les orties piquent ?
Pourquoi les piqûres de moustique démangent ?

Magazine Science Envoyer | Imprimer Haut de page
Votre avis sur cette publicité