L'Internaute > Science  > Biologie > Vrai ou faux ? > L'alcool réchauffe
VRAI OU FAUX ?
 
Mai 2006

Vrai ou faux ? L'alcool réchauffe

Lorsqu'il fait froid, on s'imagine souvent que boire un petit coup d'alcool fort ou quelques verres de vin permettra de nous réchauffer. En réalité, c'est le contraire qui se produit.

  Envoyer à un ami | Imprimer cet article  
La consommation d'alcool par temps froid donne l'illusion d'un coup de chaud et masque un abaissement de la température. Alors quand la température extérieure descend, rien ne vaut un gros pull. ©  image

Après quelques verres d'alcool, on se sent réchauffé. Mais cette chaleur temporaire est trompeuse.

Chaleur en surface, fraîcheur en dedans

Comme les aliments, l'alcool fournit des calories, en moyenne 7 calories par gramme. Cependant, contrairement au sucre, l'alcool ne constitue pas une source d'énergie intéressante pour l'organisme puisque les cellules la dissipent sous forme de chaleur.

En effet, l'alcool dilate les vaisseaux sanguins à la surface du corps. Le sang se rapprochant ainsi de la peau dépose sur les joues cette rougeur caractéristique des soirées bien arrosées. Or, cette dilatation des vaisseaux sanguins libère de la chaleur. Les terminaisons nerveuses situées à la surface de l'organisme enregistrent alors cette hausse de température : on a l'impression de se réchauffer.

Certes, la peau devient plus chaude. Mais cela ne dure qu'un instant, et surtout, cette vasodilatation fait perdre sa chaleur au buveur. Car le reste du corps, lui, ne se réchauffe pas : l'alcool se contente de déplacer la chaleur corporelle interne vers la surface de l'organisme.

D'ailleurs, cette sensation de chaleur cessera dès que la vasodilatation des vaisseaux prendra fin et la sensation de froid sera finalement plus intense encore, la température générale du corps ayant baissé à cause justement de cette perte de calories. On estime qu'elle chute d'un ½ degré par fraction de 50 g (5 verres de 10 cl de vin) d'alcool ingéré.

Ni réchauffant, ni hydratant

Bref, l'alcool ne réchauffe pas, pas plus qu'il ne désaltère. Car passé le premier effet de satisfaction, l'alcool au contraire déshydrate, notamment en faisant uriner davantage. C'est d'ailleurs cette déshydratation qui provoque l'effet "gueule de bois" après excès.

En conclusion, la consommation d'alcool par temps froid risque de donner l'illusion d'un coup de chaud et peut au contraire masquer un abaissement de la température. Alors quand la température extérieure descend, rien ne vaut un gros pull ou un chocolat chaud !

Magazine Science Envoyer | Imprimer Haut de page
Votre avis sur cette publicité