En savoir plus

Suggestions de diaporamas

 Une expédition avortée mais réussie

Les mauvaises conditions météorologiques ont contraint les responsables de l'expédition à récupérer les membres de l'équipe le 11 mai dernier. «J'aurais souhaité rester plus longtemps sur la banquise pour suivre sa dérive» explique le chef d'expédition Sylvain Bardout sur le site web de son partenaire Rolex, «mais je suis très content d'en être arrivé là : aujourd'hui, nous avons effectué 51 plongées, les images que nous ramenons sont de bons témoins de la réalité du monde qui nous entoure».

L'arrêt précoce de l'expédition "Deep Sea under the pole" est dû essentiellement aux mauvaises conditions climatiques. «Depuis que nous sommes arrivés, il y a 45 jours, nous avons fait face à des températures extrêmement froides et difficiles, le réchauffement climatique et le froid font casser la banquise [NDLR : plusieurs membres de son équipe sont passés au travers], le blizzard soufflait très fort» témoigne le chef d'expédition. En bref, Mère Nature a fait des siennes et a contraint les 8 équipiers à plier bagage.

La progression devenait de plus en plus difficile. Les températures étaient parfois glaciales et ensuite augmentaient jusqu'à -10°C modifiant la tenue de la banquise. La mission se termine ici. Le dernier mois d'observation de la faune et de la flore de l'île d'Ellesmere se fera peut-être une prochaine fois.

Retrouvez toutes les informations sur le site officiel de l'expédition

Rejoignez le groupe "Protéger l'environnement"

 Posez vos questions ou débattez de la biodiversité avec le groupe consacré à la protection de l'environnement.

Tous les groupes Environnement

equipe de l'expédition 'deep sea under the pole'
Equipe de l'expédition "Deep sea under the pole" © Benoit Poyelle /Deepsea Under the Pole by Rolex

A lire

 Retrouvez tous les articles sur le réchauffement climatique

A voir

Suggestions de contenus