L'Internaute > Science  > Environnement > Déjà demain > Eoliennes sous-marines
DEJA DEMAIN
 
Juin 2006

Des éoliennes sous-marines

Les éoliennes, c'est bien. Mais les hydroliennes, c'est encore mieux : sans atteinte à l'environnement et au paysage, plus régulières et plus puissantes, les turbines sous-marines exploitent l'énergie des océans.

  Envoyer à un ami | Imprimer cet article  

Ce sont les Britanniques qui sont les pionniers dans ce nouveau secteur. La société Marine Current Turbines a installé en 2003 la première éolienne sous-marine à Lynmouth, au Sud de l'Angleterre. Depuis, les initiatives foisonnent.

Marine Current Turbines compte ainsi installer en Irlande du Nord un complexe de deux hélices de plus de 15 mètres de diamètre tournant en sens inverse, pour une puissance de 1 MW. Dans le Devon, une "ferme" de 10 petites turbines devrait voir le jour à la fin de l'année, et permettrait d'alimenter en électricité plus de 10 000 foyers.

Cette turbine, baptisée SeaGen, mesure 11 mètres de diamètre et génère une puissance de 1200 kW. Photo © Marine Current Turbines

Une énergie régulière et inépuisable

Ces hydroliennes exploitent l'énergie des courant de marées. Une source d'énergie particulièrement intéressante.

"D'une part, la production d'électricité est prévisible, puisque les marées peuvent être calculées à l'avance. Par ailleurs l'espace nécessaire pour ces installations et l'impact sur l'environnement sont réduits. Enfin les courants marins constituent une ressource énergétique intéressante car la densité de l'eau est importante, 1 000 fois supérieure à celle de l'air", expliquait Cyrille Arbonnel, chargé du projet hydroliennes chez EDF (Ouest France, 7 janvier 2005).

Selon lui, 3 000 mégawatts pourraient être produits par des hydroliennes sur le littoral français ; l'équivalent d'une centrale nucléaire comme Flamanville.

Le projet français

Alors que la France dispose d'un potentiel de production énorme, elle accuse un certain retard. Labellisé par le nouveau pôle de compétitivité "Mer" de la région Bretagne, le projet Marénergie prévoit pour 2008 trois parcs d'éoliennes situés au large du Cotentin.

C'est une petite société quimpéroise, Hydrohelix, qui a est à l'origine de ce projet. Implantées à 30 m de profondeur, les hydroliennes transformeraient l'énergie des courants en électricité qui serait acheminée, via des câbles, sur le continent et connectée au réseau national. Il suffit aux turbines de courants de 2 à 2,5 mètres/seconde pour fonctionner (dans cette zone la vitesse moyenne est de 6 à 10 mètres par seconde), mais elles ne fonctionnent que 40% du temps.

Des hydroliennes dans ma ville ?

Les côtes ne sont pas le seul endroit propice à l'implantation d'hydroliennes. A New York, le fournisseur d'électricité Verdant Power envisage de construire une petite ferme de turbines dans l'East River (à New York). Les machins seront fixées dans le sol à 9 mètres de profondeur et seront équipées d'un rotor pivotant capable de s'orienter face au courant en fonction de la marée. Trey Taylor, le président de Verdant Power, espère construire 200 à 300 petites hydroliennes le long du fleuve. D'autres projets sont en cours en Norvège, Espagne, Portugal, Floride et Brésil. L'énergie houlière pourrait aussi alimenter des îles, par exemple.

Il reste quand même quelques problèmes à surmonter : le danger potentiel pour les bateaux, les difficultés d'entretien, et la résistance dans le temps (salinité, sable…). Et surtout, il reste à savoir si cette nouvelle source d'énergie sera compétitive, avec un coût d'installation de 1,5 euro par Watt et un coût de production de 6 centimes d'euros le kWh, plus de deux fois le coût du kWh nucléaire.

En savoir plus

Le site de Marine Current Turbines

La présentation du projet Marénergie

Le site de Verdant Power

Magazine Science Envoyer | Imprimer Haut de page
Votre avis sur cette publicité