Rapport WWF : l'équivalent d'une planète et demie utilisée par l'humanité par an

 

Le Rapport "Planète Vivante" (Living Planet Report – LPR) du WWF version 2010 est publié aujourd'hui et il amène des conclusions pessimistes pour notre planète Terre.

 

Tous les 2 ans, un rapport mené par le WWF dresse un bilan de l'état de santé de la Terre. Cette année, le constat est plutôt alarmant en ce qui concerne la biodiversité et l'empreinte écologique de l'humanité, à savoir la surface de terre et le volume d'eau requis pour produire les ressources renouvelables utilisés par la population sur une année.

L'Année internationale de la biodiversité est à ce jour encore plus d'actualité. «Le rythme de perte de la biodiversité est le plus alarmant dans les pays à bas revenus et souvent situés en zone tropicale alors que les pays développés vivent dans un paradis factice, alimenté par une consommation excessive et des émissions de carbones élevées» avance Jim Leape, Directeur Général du WWF International. Depuis 1970, la biodiversité accuse une baisse globale de 30%, en particulier dans les zones tropicales et les habitats d'eau douce.

En ce qui concerne l'empreinte écologique de l'humanité, elle a carrément doublé depuis 1966. Les Emirats Arabes Unis, le Quatar, le Danemark, la Belgique, les Etats-Unis, l'Estonie, le Canada, l'Australie, le Koweit et l'Irlande sont dans le top 10 peu glorieux des pays ayant la plus forte empreinte écologique par individu. «Chaque habitant de la planète vivait comme un habitant moyen des Etats-Unis ou des Emirats arabes unis, il faudrait une biocapacité équivalente à plus de 4,5 planètes pour répondre à la consommation de l'humanité et absorber les émissions de CO2» met en exergue le rapport.

Retrouvez le rapport en entier sur le site WWF

Article le plus lu : Maëlys : de nouveaux secrets sur le suspect : voir les actualités

WWF