Comment dépolluer l'espace ? Des débris par millions

Qu'entend-on exactement par débris spatiaux ? Avant de s'attaquer à un problème, mieux vaut en connaître la définition exacte. Les scientifiques parlent, non pas des astéroïdes et autres comètes mais, des déchets créés et envoyés par l'homme dans l'espace. Imaginez le dilemme auquel nous sommes confrontés sachant que des objets sont envoyés dans l'espace depuis cinquante ans et que ça ne va pas s'arrêter.

les navettes qui viennent à l'iss sont des sources de débris.
Les navettes qui viennent à l'ISS sont des sources de débris. © NASA

Plusieurs origines de pollution

 Les satellites artificiels entrent bien évidemment dans le classement. Communication, surveillance, études scientifiques, défense... Les hommes ont lancé un nombre incalculable de ces engins en orbite autour de la Terre. Bon nombre d'entre eux sont hors service depuis de nombreuses années.

 Lors de l'envoi de ces satellites et de navettes dans l'espace, plusieurs parties de la fusée qui les transporte s'éliminent au fur et à mesure telles que le dernier étage du lanceur, le capot de protection ou les dispositifs de séparation

 Les débris proviennent aussi d'explosions accidentelles comme celle de la navette Columbia en février 2003 ou bien lorsque les Américains ont détruit un de leurs satellites espions intentionnellement.

 Parfois, malgré de bons calculs, les collisions entre satellites ou alors leur endommagement par des astéroïdes ou d'autres comètes produisent des débris dans l'espace qui comme ça paraissent inoffensifs mais ils peuvent également créer d'autres dégâts.

Nombre de débris répertoriés dans l'espace

Depuis 1957, le Cnes a dénombré 4 600 lancements dont 170 explosions en orbite

Répartition des débris par taille
TailleNombre de débris
Source : CNES
> 10 cm9 100
Entre 1 et 10 cm20 000
Entre 0,1 et 1 cm35 000 000
> 1 mm30 000 000

Ces débris, suivant leur fonction, se trouvent sur différentes orbites :

 Les satellites de communication se trouvent sur l'orbite géostationnaire située à plus de 35 000 km au-dessus de l'équateur.

 Les satellites de missions d'observations de la Terre (études scientifiques) évoluent sur les orbites basses comprises entre 600 et 1 500 km d'altitude.

 Les orbites très basses accueillent les navettes et les stations spatiales humaines comme l'ISS (vers 300 km).

Pollution