Comment dépolluer l'espace ? Les moyens mis en œuvre pour éviter les collisions

Répertorier et surveiller les débris spatiaux est une chose mais éviter les collisions et les retombées sur terre en est une autre. Comment les scientifiques procèdent-ils pour éviter ces dégâts ? Peut-on nettoyer cette décharge spatiale ?

les scientifiques essayent d'éviter les collisions en changeant les orbites des
Les scientifiques essayent d'éviter les collisions en changeant les orbites des débris. © ESA

Empêcher les collisions

Pour qu'aucun dégât ne se produise, il faut les éviter. Logique ! Les scientifiques procèdent à des évitements. En quoi cela consiste ? Et bien, tout simplement en un retardement de lancement de satellite. Avant de procéder à la mise sur orbite, les spécialistes regardent ce qui se trouve aux alentours du futur lieu de villégiature de l'engin. Si jamais un objet se trouve trop près, on décale le lancement de sorte à dégager le terrain orbital.

Autre moyen, la désorbitation. Les vieux satellites qui sont hors service depuis longtemps peuvent être détruits de sorte à libérer de la place pour les nouveaux. Mais ce procédé n'est possible que pour ceux placés sur une orbite basse. Ainsi ils pénètrent dans l'atmosphère (au préalable, on s'assure de leur potentiel de dégradation et du lieu de retombée au sol, au cas où) et sont détruits naturellement.

Pour les satellites géostationnaires, les scientifiques les déplacent, tout simplement d'orbite et les positionnent sur une orbite cimetière. Où ? Elle se trouve à 300 kilomètres d'altitude, elle est une orbite basse. Mais que fera-t-on quand elle sera saturée ?

Redoubler les protections des engins spatiaux

la disposition des satellites entre eux permet de protéger le plus important des
La disposition des satellites entre eux permet de protéger le plus important des déchets. © ESA

Une simple particule d'1 centimètre de diamètre est capable de perforer n'importe quel revêtement, hublot ou panneau solaire. Rien ne lui résiste. Les chercheurs planchent donc sur la mise au point de matériaux beaucoup plus résistants. Le kevlar est le composé connu à ce jour le plus apte à remplir cette mission. Il suffit d'augmenter le nombre de couches protectrices autour de l'engin afin de former un véritable bouclier. D'autres scientifiques ont aussi pensé à la conception de panneaux en aérogel. Ce gel permet de freiner des particules ; il a été utilisé par la sonde américaine Stardust en 1996 pour ramasser des poussières de météorites. Mais ce système fonctionne pour des déchets minuscules.

Autre technique : la ruse. Explications. Certains satellites sont beaucoup plus fragiles ou plus importants que d'autres. Si jamais une collision se produit, mieux vaut que les moins nécessaires se sacrifient. Ils vont servir de boucliers aux autres en se plaçant dans le champ. Une véritable partie de cache-cache.

Ces subterfuges ne sont pas d'une grande efficacité face à des déchets de taille supérieure à 1 centimètre. Comment faire ? Les éliminer.

Pollution