Tchouri : de l'oxygène sur la comète, découverte surprise pour les scientifiques

TCHOURI - Les scientifiques n'en reviennent toujours pas. De l'oxygène a été découvert dans l'atmosphère de a comète Tchouri. La sonde Rosetta dépasse ainsi toutes les espérances

[Mis à jour le 29 octobre 2015 à 08h10] De l'oxygène sur la comète Tchouri. La découverte de la sonde Rosetta, qui avait déjà fait la fierté de l'Agence spatiale européenne il ya quelques mois en allant explorer cette comète lointaine est peu banale et surprend jusqu'aux meilleurs connaisseurs de l'espace.  C'est dans la revue britannique Nature que l'information a été révélée ce mercredi 28 octobre 2015. L'oxygène moléculaire trouvé sur Tchouri, communément appelé dioxygène, pourrait être très ancien, plus ancien que notre propre système solaire détaillent les chercheurs dans cette étude. L'un d'entre eux, André Bieler, va même jusqu'à expliquer qu'avec cette découverte, c'est "nos modèles actuels sur la formation du système solaire", qu'il va peut-être falloir modifier. Car, selon lui, "ils ne prévoient pas la présence d’oxygène moléculaire dans une comète". 

Cette découverte est le fruit de la mission spatiale Rosetta dont l'objectif est de recueillir des données sur la composition du noyau de la comète Tchouri. Le 12 novembre 2014, la sonde, en orbite autour de la comète, a envoyé le robot Philae, sur sa surface pour réaliser des analyses. Rosina, l'un des instruments de la mission Rosetta, a analysé la composition de la queue de la comète Tchouri. C'est dans ce nuage qu'elle a trouvé près de 4 % de dioxygène. Selon les chercheurs, ce taux serait stable depuis plusieurs mois. 

Un événement après la saga Philae sur Tchouri

Sur son site Internet, l'ESA, l'agence spatiale européenne, explique que l'oxygène est le troisième élément le plus abondant dans l'Univers. Mais selon elle, la version moléculaire de l'oxygène, le dioxygène, est difficilement détectable, car c'est un gaz qui se dégrade facilement et très vite s'il n'est pas lié à d'autres atomes ou molécules. D'après l'agence européenne, du dioxygène a bien été détecté sur les satellites naturels de Jupiter et Saturne, mais ne faisait pas pour autant partie des éléments composants les comètes. Et ce, jusqu'à aujourd'hui. 

Le robot Philae a voyagé plus de dix ans avant d'atterrir sur la comète Tchouri. Ses aventures ont été très suivies et continuent de l'être ici, sur Terre. Ce fut un atterrissage délicat pour le robot qui a rebondi sur la surface de la comète. Il est arrivé à se stabiliser à près d'un kilomètre du point d'ancrage initial. Philae est depuis en hibernation et attend de meilleures conditions pour recharger ses batteries. Le 13 juin dernier, il a réussi à entrer en communication avec Rosetta pendant près de deux minutes.  

VIDEO. Tchouri formée par l'impact de deux corps ?

Ailleurs dans l'Univers, une autre découverte a fait parler d'elle il y a quelques semaines. Celle faite par la sonde New Horizons de la Nasa sur la planète Pluton. Ainsi on a appris que le ciel de cette planète n'était pas si différent de notre ciel à nous. Et oui, sur Pluton, le ciel est bleu comme sur Terre ! Qui plus est, on trouve par endroit des plaques de glace d'eau à découvert. Dans un communiqué, l'un des responsables de la mission scientifique s'est réjoui au moment de la découverte : "Qui aurait pu imaginer un ciel bleu dans la ceinture de Kuiper ? C’est magnifique !"

Article le plus lu : Edouard Philippe : les petits secrets d'un Premier ministre : voir les actualités

Autour du même sujet

Annonces Google