L'île de Pâques entretient le mystère

Erigées les unes à côté des autres dos à la mer, les statues de l'île de Pâques gardent tout leur mystère. Qui a pu les construire ? Comment s'y sont-ils pris ? Explications

Bout de terre de 118 kilomètres de long situé à 3 700 km des côtes chiliennes et à 2 000 km des côtes polynésiennes, l'île de Pâques se dresse au milieu du Pacifique nue de toute végétation. Sa notoriété, elle la doit non pas à ses plages de sable fin, ni à ses hôtels de luxe, mais à des statues effrayantes : les moaïs. Plus de 1 000 effigies sont disposées sur Rapa Nui -autre nom de l'île de Pâques- et les archéologues peinent à comprendre leur provenance ainsi que leur signification. Retour sur ce mystère.

 

statues
Les moaïs ont été érigées entre 1600 et 1730. © Gérard REINERT

Une découverte fortuite

Le premier à voir cette terre battue par les vents est Edward Davis, un chasseur de baleines. Parti des îles Galápagos, il est tombé nez à nez avec cette île en 1687 mais n'a pu l'atteindre à cause de courants violents.

Le premier à y poser les pieds est l'amiral néerlandais Jacob Roggeveen en 1722 le jour de Pâques, d'où son nom. Cette arrivée n'est pas au goût des autochtones, les Pascuans, mais ceux-ci se font vite remettre à leur place par une salve de tirs hollandais. L'amiral exprime sa stupéfaction à la vue de ces incroyables colosses de terre de 3 à 20 mètres de haut, pesant entre 300 et 1 000 tonnes. Le célèbre aventurier James Cook aura ces mots "Comment ces insulaires, qui ne connaissent en aucune manière les puissances de la mécanique, ont pu élever des masses si étonnantes, et ensuite placer, au-dessus, de grosses pierres cylindriques". Le mystère était planté.

 

Les théories des archéologues

Les scientifiques ont lancé les premières expéditions après la première guerre mondiale, mais ils ont été confrontés à un problème de taille : le dernier Pascuan capable de communiquer venait de mourir. La population avait été décimée après l'annexion de l'île par le Chili, leur réduction en esclavage et la mortalité suite à l'importation de la variole par les colons. Comment connaître l'histoire de ces statues ?

Les théories les plus folles sont lancées : ce sont les restes d'une cité engloutie ; certains émettent même l'idée que les Pascuans sont les descendants des Atlantes. Bref, tout le monde y va de son hypothèse mais sans preuve irréfutable.

 

Des outils scientifiques à la rescousse

On ignore réellement qui sont les premiers arrivants sur l'île ; de nombreux scientifiques pensent que les Polynésiens sont la première civilisation de Rapa Nui. Une chose est sûre, grâce à la datation au carbone 14, les chercheurs ont estimé l'arrivée des Pascuans entre 300 et 700 après JC. Ceux-ci seraient originaires d'Océanie et des îles Marquises pour être précis. Ils étaient réputés pour être d'excellents marins.

En étudiant l'érosion du tuf volcanique qui constitue les statues, les archéologues en sont venus à la conclusion que ces géants ont été sculptés de 1600 à 1730. Taillées directement à la hache en pierre dans des blocs venant du volcan éteint Rano Rarakn, les statues étaient vraisemblablement transportées à destination par un mécanisme de rondins disposés sur le sol. Ce système mis au point par les Pascuans explique la disparition complète de la forêt de la surface de l'île de Pâques.

La présence de statues inachevées et disposées à même le sol serait due à l'explosion d'une guerre civile entre la tribu des "grandes oreilles" et celle des "petites oreilles". Ces dernières ayant gagné, elles ont laissé le travail de sculpture en plan.

Un mystère plane toujours sur la signification de ces moaïs. Est-ce des représentations divines ? Pourquoi certaines tournent le dos à la mer ? Les archéologues peinent à trouver une explication.

Pâques