Crimes : les sciences mènent l'enquête La signature du crime

Enfant, n'avez-vous jamais essayé de cacher de très mauvaises notes ou bulletins ? Manque de chance, il faut la signature de vos parents. Allez, ne dîtes pas que l'idée ne vous a pas traversé l'esprit. Certains sont carrément passés à l'action en essayant de l'imiter. Ça passe ou ça casse !

Chez les faussaires, certains deviennent des experts en matière d'usurpation d'identité en essayent d'imiter à merveille la signature de leurs victimes. Mais la police scientifique est dotée d'une technologie pour repérer les criminels.

 

les experts en écriture peuvent dire, avec certitude, si le suspect est l'auteur
Les experts en écriture peuvent dire, avec certitude, si le suspect est l'auteur ou non du document incriminé. © CBS

Capture de la signature

 

Un suspect est mis en garde à vue. Les policiers ou les gendarmes procèdent alors à la capture de la signature afin de la comparer à celle de la victime. Deux moyens s'offrent aux experts :

- Le scanner. L'individu signe sur un simple papier qui est ensuite scanné avec n'importe quel scanner de bureau. Les experts procèdent ensuite à l'analyse.

- La tablette graphique. Les graphistes utilisent cet outil pour leur travail. A l'aide d'un crayon sensible à la pression, la personne écrit sur la tablette. Ce procédé permet d'obtenir des données sur la variation de pression et la vitesse d'écriture qui est propre à chaque individu.

 

Techniques infaillibles pour confondre les faussaires

 

Les experts peuvent recourir à deux méthodes analytiques :

- L'analyse statique. Les scientifiques vont étudier la géométrie de la signature. Une personne ne signe jamais deux fois de la même manière mais la forme de la signature reste similaire. Même si le faussaire s'est entraîné pour la reproduire, il n'arrivera pas à conserver cette silhouette.

- L'analyse dynamique. Après capture via une tablette graphique, les données de pression et de vitesse ainsi que le profil de la trajectoire sont étudiés avec minutie. L'imposteur ne peut en aucun cas reproduire ces critères à l'identique de l'original.

 

Ce procédé est utilisé dans les trafiques de documents, dans la falsification de chèques... Mais les experts ne se bornent pas uniquement à la signature. Certains spécialisés dans l'expertise de l'écriture peuvent savoir si une personne a bien écrit cette lettre en étudiant la forme des lettres, la pression de l'écriture... Cela permet de confondre des corbeaux ou des faussaires de documents importants.

Autour du même sujet