Crimes : les sciences mènent l'enquête Les yeux : les miroirs de l'âme

Certains films comme "James Bond" ou des séries comme "Alias" ont souvent montré l'utilisation de l'empreinte de l'iris pour ouvrir des systèmes de sécurité. Et bien les scientifiques ont recours au même procédé mais cette fois pour identifier des individus.

 

la forme de l'iris est propre à chaque individu comme les empreintes digitales.
La forme de l'iris est propre à chaque individu comme les empreintes digitales. © Virginie DALOUCHE

Un iris qui ne ment pas

 

Tout comme les empreintes digitales, pas une personne ne présente la même forme de l'iris, zone colorée entre le blanc de l'œil et la pupille. Sa forme n'évolue pas avec l'âge sauf si la personne est atteinte d'une maladie. Grâce à elle, on peut parfaitement distinguer deux vrais jumeaux. La fiabilité est de l'ordre de 1 sur 10 puissance 72, autant dire que l'erreur est infime.

La prise de vue est effectuée par une caméra dotée d'un capteur classique. Seul problème posé par cette technique, c'est la rapidité de la caméra et surtout l'éclairage apporté car il ne faut pas qu'il provoque une dilatation de la pupille, ni une sensibilisation, ni des reflets sur l'iris. L'image obtenue doit être au minimum de 70 pixels de rayon de l'iris. Elle est ensuite traitée par un logiciel breveté par John Daugman. L'iris est numériquement découpé en bande et le programme informatique dresse ainsi le portrait robot de l'iris, propre à chaque individu. C'est l'IrisCode.

 

Encore plus en profondeur

 

Pourquoi s'arrêter à l'iris quand on peut aller jusqu'au fond de l'œil : la rétine. Des malfrats peuvent tromper (mais avec peu de succès), le premier système d'identification par l'iris en utilisant une lentille reproduisant un autre iris.

Sachez que la rétine, zone de l'œil permettant la vision, est alimentée par de nombreux vaisseaux sanguins. Leur disposition est unique. Il suffit, donc, de réaliser une cartographie vasculaire pour reconnaître l'individu en question. Il faut effectuer d'abord un fond d'œil, puis une caméra photographie la présentation des vaisseaux sanguins.

 

Pour le moment, ces techniques de reconnaissance sont peu utilisées par la police scientifique mais à terme, avec une caméra de surveillance, elle pourra identifier sans problème une personne parmi une énorme foule rien qu'en regardant son œil.

Autour du même sujet