Des collisions de particules

A l'intérieur du tunnel, formé d'aimants supraconducteurs et de structures accélératrices, deux faisceaux de particules subatomiques (de la famille des hadrons) circuleront en sens inverse, emmagasinant de l'énergie à chaque tour. C'est en faisant entrer en collision ces deux faisceaux, à une vitesse proche de celle de la lumière (300 000 km/s), que les physiciens vont recréer les conditions qui existaient juste après le Big-bang.
©  Claudia Marcelloni / CERN