Mouvements écologistes : "Non à la force"

La communication écologiste est de plus en plus musclée : fauchage de champs d'OGM, blocage de convois nucléaires... Où ces actions vont-elles aller et sont-elles justifiées ? Ces questions font débat chez les lecteurs.

Les actes de militants écologistes se sont multipliés ces dernières années. Alerté par le phénomène, le Sénat a, par exemple, adopté en février 2008 un amendement au projet de loi sur les OGM. Les faucheurs sont maintenant passibles de 2 ans de prison et d'une amende de 75 000 euros pour tout acte de destruction ou de dégradation d'une parcelle de culture de plantes transgéniques. L'état a donc choisi de sanctionner des méthodes de dénonciation écologique trop radicales. Un avis partagé par de nombreux lecteurs.  

ogm1
Les "faucheurs volontaires", figures de proue en France des actions écologistes anti-OGM. © Yann Forget / GNU Free Documentation Licence

Dominique : "La force est un moyen très efficace. Il suffit de voir les résultats des grèves violentes. C'est désolant mais c'est ainsi en France, où la démocratie ne s'exerce que tous les 5 ans."  

Lou : "La violence n'est jamais "profitable" mais se pose-t-on la question de savoir si l'immobilisme et le silence sont vraiment "profitables" pour tous ? Pour être heureux vivons cachés, certes, mais du bonheur de qui s'agit-il ?" 

Mireille : "Sans ces méthodes leurs revendications, justifiées, ne passeraient jamais aux actualités."

 

Les actes violents et illégaux semblent donc un moyen de faire émerger des idées sur la place publique. Toutefois, les lecteurs ne semblent pas tous penser que c'est la meilleure façon de se faire entendre.

Michel :"Les actions illégales ou violentes ne sont pas acceptables dans une société démocratique. Si toutes les personnes qui ont des certitudes utilisent des actions violentes, la vie en société n'est plus possible."   

Marc : "Pourquoi les "écologistes" seraient-ils au-dessus des lois ? Le peuple a démocratiquement élu des représentants nationaux et européens afin de faire entendre ses opinions."   

 

Plutôt que de rentrer en guerre, nos lecteurs sont donc majoritairement convaincus qu'il faut avant tout que les écologistes adoptent une logique d'explication et de persuasion.

Lou : "Les écologistes devraient, pour dialoguer efficacement avec les gouvernants avec l'appui d'une majorité de citoyens, faire connaître au grand public le niveau de leurs qualifications, s'appuyer sur leur expérience et leurs travaux scientifiques pour combattre l'ignorance dans laquelle on enferme volontairement l'ensemble de la population."

Richard : "Il faut laisser les professionnels expérimenter, analyser et critiquer honnêtement les résultats avant de porter tout jugement de valeur."

Dominique : "Les écologistes devraient travailler davantage à former les esprits des générations futures, en organisant par exemple des évènements gratuits pour les groupes scolaires."

Autour du même sujet