L'Internaute > Science  > La science et nous > Dossier > Population : vers un monde à 9 milliards
SOMMAIRE

En savoir plus

Pour comprendre

Le maximum de l'explosion démographique a été atteint dans les années 1960, avec 2% de croissance par an. Avec un tel taux, la population double tous les 35 ans : nous serions 50 milliards en 2100 ! Heureusement, le taux de croissance s'est ralenti : nous en sommes à 1,21% aujourd'hui et l'on prévoit un taux de 0,37% en 2045.

Cela grâce à la baisse continue de l'indice de fécondité : de 4,49 enfants par femme en 1970, on est passé à 2,65 aujourd'hui et le taux devrait encore baisser à 2,04 en 2050.

Carte des indices de fécondité
Source : Nations Unies / © L'Internaute Magazine

L'Asie et l'Afrique tirent la moyenne vers le haut

Mais cette tendance cache de grandes disparités. Plusieurs pays africains ont des taux exorbitants, supérieurs à 6 ou 7. Au Rwanda, par exemple, les femmes ont en moyenne 8,3 enfants. Du coup, les 50 pays les moins avancés vont plus que doubler, passant de 0,8 à 1,7 milliards.

Sur la période 2005-2050, neuf pays vont à eux seuls contribuer à la moitié de la croissance mondiale : l'Inde, la Pakistan, le Nigéria, la République Démocratique du Congo, le Bangladesh, l'Ouganda, les Etats-Unis, l'Ethiopie et la Chine. (Cette dernière, bien qu'ayant un taux de fécondité très bas - 1,7 -, a une contribution importante, car sa population de départ est elle-même très importante).

L'Europe rétrécit

Au contraire, la population dans les pays développés devrait être sensiblement identique en 2050 (autour de 1,2 milliards). Certains pays vont même voir leur population baisser : selon les chiffres de l'ONU, l'Allemagne devrait perdre un cinquième de ses 82,5 millions d'habitants d'ici quarante ans. Même constat pour l'Europe de l'Est, le Japon et la Russie. Cette dernière connaît déjà un déficit de 750 000 habitants par an. L'Europe de l'Ouest pourra toutefois compter sur l'allongement continu de l'espérance de vie et l'immigration pour freiner la "dépopulation".

Magazine Science Envoyer | Imprimer Haut de page
Votre avis sur cette publicité