L'Internaute > Science  > La science et nous > Dossier > Population : vers un monde à 9 milliards
SOMMAIRE

En savoir plus

Pour comprendre

En 2040, la part des plus de 60 ans dans la population mondiale, actuellement de 10%, devrait grimper à 21%. L'âge médian sera alors de 37 ans, contre 26 ans aujourd'hui. Les plus de 80 ans sont le groupe d'âge qui progresse le plus rapidement : il représente aujourd'hui un dixième de l'effectif total des personnes âgées, et ce sera un cinquième d'ici 2050.

Pyramide des âges

Le phénomène du vieillissement, du à la baisse de fécondité et du passage des classes d'âge adultes vers les plus de 60 ans, est accentué par la longévité accrue. L'allongement des l'espérance de vie gonfle le haut de la pyramide des âges. C'est dans les pays développés que le vieillissement est le plus marqué : la part des plus de 60 ans y passera de 20% aujourd'hui à 32% en 2050. Source : Nations Unies © L'Internaute Magazine

La chute de la natalité

Au fur et à mesure que les femmes gagnent leur indépendance financière, l'âge du mariage recule et le taux de fécondité baisse, ce qui accélère le vieillissement naturel. Si la plupart des pays européens sont concernés, le phénomène touche particulièrement les pays de l'ex-bloc soviétique et l'Asie du sud-est. Hong-Kong détient ainsi le record du taux de fécondité le plus bas, avec 0,94 enfants par femme.

Vive les vieux !

Alors, faut-il faire des bébés en urgence ? Et si le vieillissement n'était finalement pas une si mauvaise chose ? D'abord, c'est grâce au taux bas de fécondité que la population planétaire pourra se stabiliser. Il n'est pas souhaitable que la croissance démographique demeure trop forte.Surtout, le contrôle volontaire ou non des naissances a permis une augmentation considérable du niveau de vie.

Pour faire face aux enjeux économiques et sociaux du vieillissement, plusieurs solutions peuvent être envisagées. Premièrement, le recours à l'immigration. De nombreux démographes recommandent une plus large ouverture des frontières, qui équilibrerait un peu la démographie mondiale.

Deuxième piste : remplacer la main d'œuvre par des innovations techniques. Mais avant tout, l'allongement de l'espérance de vie implique une remise en cause des systèmes sociaux actuels : comment justifier une retraite à 60 ans alors qu'on a encore à cet âge-là plus de vingt ans en bonne forme à vivre ? D'ailleurs une étude du magazine Nature montrait récemment que "l'âge standardisé" (qui tient compte des années restant à vivre en bonne santé) ne variera pas dans les prochaines décennies (37,9 ans en 2001 et 38 ans en 2020).

Magazine Science Envoyer | Imprimer Haut de page
Votre avis sur cette publicité