L'Internaute > Science  > La science et nous > Interviews > Henri Broch
INTERVIEW
 
Octobre 2006

"Vous avez un pouvoir ? Prouvez le !"

Au départ, Henri Broch est physicien. Pour expliquer la démarche scientifique, il utilise les phénomènes dits surnaturels. Ce mois-ci, il publie un livre dénonçant l'imposture paranormale.

  Envoyer à un ami | Imprimer cet article  
Henri Broch, Docteur ès Sciences, enseigne la Physique et la Zététique à l'Université de Nice-Sophia Antipolis où il a créé le laboratoire de Zététique. © H. Broch

Pourquoi de nouveau un livre sur l'imposture paranormale ? Qu'apporte-t-il de plus que les précédents ?
Henri Broch : C'est une suite logique de Devenez sorciers, devenez savants ! Dans Gourous, sorciers, savants, je réponds à de nombreuses questions de lecteurs qui voulaient avoir plus d'infos. J'y raconte comment le défi s'est passé et je décris de nouveaux cas. Je reprends aussi quelques thèmes, mais avec de nouveaux aspects. Par exemple, comment parfois les soi disant chercheurs modifient des données pour obtenir les résultats escomptés.

Comment sont accueillis vos livres, en général, et notamment par les astrologues et autres parapsychologues ?
Je n'ai pas vraiment de retour par les astrologues. Je jette de temps en temps un œil sur des forums où l'on parle de mes écrits. Mais je n'ai pas d'interaction directe. Quelques uns, les plus "sérieux", me contactent parfois, pour éclaircir un point.

Pensez vous que vos livres puissent "convertir" des adeptes du paranormal ? Ou ne sont-ils pas au contraire destinés à ceux qui doutent déjà ?
Mes livres peuvent éventuellement convertir certains parapsychologues : ceux qui n'en font pas commerce. Les autres, ils sont impossibles à convaincre. D'ailleurs ils savent souvent eux-mêmes qu'ils pratiquent une imposture.
Moi, je cherche à toucher la petite frange de personne chez qui germer l'esprit critique. Cela prendra 15 ou 20 ans à les convaincre. Mais un livre peut les amener à changer, à vérifier ce qu'ils lisent… Dans cette frange, il y a les15/25 ans. Les jeunes croient souvent que si c'est écrit, c'est vrai, c'est-à-dire attesté scientifiquement. De plus, ce sont les jeunes qui subissent le plus d'informations. Et concernant le paranormal, ils subissent surtout des infos pro paranormal. Là, ils sont contents d'en avoir une autre facette. Avec mes livres, ils ont accès à une information à laquelle ils n'ont pas accès autrement, pas facilement en tous cas. Ils me donnent pas mal de retours, de questions…


Gourous, sorciers et savants
Henri Broch
Editions Odile Jacob

Comment vous est venue l'idée de la zététique ? En quoi consiste cette discipline ?
Zététique vient du grec zetein qui signifie chercher. C'est une méthodologie enseignée depuis l'Antiquité. C'est l'Art du doute, le mot "art" étant compris comme l'ensemble des techniques. J'ai crée l'enseignement zététique à l'université en 1993. Depuis, j'ai eu plus de 4 000 étudiants. Je suis physicien et je me sers du paranormal comme support pour expliquer ce qu'est la méthodologie scientifique. C'est difficile de montrer ce qu'est la science, mais c'est plus facile de montrer ce qu'elle n'est pas.
Je ne suis pas seul : à l'université de Grenoble et maintenant de Clermont-Ferrand existe également un enseignement de zététique, tout comme à l'Ecole Supérieure Polytechnique de Dakar ! Il existe aussi l'Observatoire-Zététique, des Cercles Zététiques et des associations sceptiques, en France, en Europe (Espagne, Belgique, Italie, Portugal…) et dans le monde (Paraguay, Chili, Canada,…). Aux USA, c'est même une grosse organisation, le CSICOP.
En France, nous possédons le seul - pour l'instant - labo zététique universitaire officiel au monde. On l'a ouvert en 1998 à la faculté des sciences de Nice, et il tourne depuis 2001. Bref, il existe une "internationale zététique", pas vraiment unifiée mais nous sommes au courant des travaux des uns et des autres via le net.


La zététique : faudrait-il l'enseigner à l'école au même titre que la physique ?
Dès l'école primaire ! Une chance, notre labo nous permet de travailler avec les collèges et lycées, et bientôt les écoles. Comment ? On essaye de monter des enseignements pour les plus jeunes via des expos et des fiches pédagogiques. Par exemple, on diffuse une exposition "Science et pseudo-sciences" que les collèges et lycées peuvent se procurer et afficher au CDI ou en classe. Notre objectif est qu'elle serve de support de cours. Les fiches pédagogiques sont elles destinées au téléchargement. Vous pouvez les trouver sur http://www.unice.fr/zetetique/articles/index.html#materiel.

"Le médium pouvait aller loin de nous pour la tordre, à l'abri de nos mauvaises ondes donc. Il est revenu et la cuiller était toujours droite !"

Vous avez lancé un prix : toute personne qui démontrerait ses pouvoirs paranormaux se verrait attribuer 200 000 euros. Où en est-on aujourd'hui ?
J'ai lancé un appel à preuve en novembre 1986 avec Gérard Majax. On disait aux médiums : "Vous avez un pouvoir ? Prouvez le !" Un collègue scientifique belge, Jacques Theodor nous a alors proposé un chèque pour rendre ce "concours" plus médiatique : c'est devenu un défi qui offrirait 500 000 francs à qui le relèverait. En 1992, au 100ème candidat, nous avons doublé la mise. En 2002, au 200ème, on est passé à 200 000 euros. Et au bout de 15 ans pile, on a décidé d'arrêter… alors qu'aucun médium ne nous a apporté de preuve.

Que répondent les personnes venues pour se "tester" quand leur don n'opère pas ?
La plupart du temps, elles sont de bonne foi. Ce qui est très surprenant, c'est que souvent, elles n'avaient pas eu l'idée de faire des contrôles élémentaires chez elles. Par exemple, un médium italien prétendait détecter avec un pendule quand sa femme ou son fils bougeait. On a fait le test avec lui dans une pièce, sa femme et son fils dans une autre. Et ce fut un échec total. Après discussion, nous nous sommes rendus compte que ce médium n'avait jamais testé son pouvoir hors de vue de sa femme ou de son fils. Il les avait toujours en vision directe quand il faisait son expérience chez lui ! Persuadé de son pouvoir, il nous a dit qu'il s'entraînerait et qu'il nous recontacterait…
Un autre prétendait faire bouger des portes dans des petites pièces par sa seule concentration. En fait, quand il se concentrait, il se contractait et se décontractait brusquement. Cela crée une variation de volume, une variation de pression… ce qui fait bouger la porte. Je lui ai démontré en quelques lignes de calcul. Et la personne est repartie contente d'avoir appris un effet physique.
On n'a pas vraiment eu de mauvais perdants, à quelques rares exceptions près. On n'a jamais fait d'expérience sans que le médium ait accepté le mode opératoire. Il choisissait souvent aussi lui-même la date et le lieu, comme le sourcier dont je parle.


"A chaque fois que j'ai constaté un phénomène soi disant paranormal, j'ai su expliquer scientifiquement ce qui se passait"

Les adeptes des parasciences arguent que les phénomènes psi existent mais ne sont pas mesurables par la science. Que leur répondez vous ?
Ne mettons pas la charrue avant les bœufs : il ne s'agit pas de mesurer mais de constater !
Un médium nous disait être capable de tordre des cuillers. Le problème c'est que notre présence et nos "mauvaises ondes" le gênaient. Alors on lui a demandé si le verre pouvait gêner son fluide. Il nous a répondu que non. On a donc enfermé une cuiller dans une ampoule de verre scellée et on l'a donnée au médium. Il pouvait aller loin de nous pour la tordre (à l'abri de nos mauvaises ondes donc…). Il est revenu, et la cuiller était toujours droite !


Vous êtes-vous déjà trouvé face à un événement inexplicable par la science ?
De nombreux phénomènes sont inexpliqués. Mais inexpliqué ne signifie pas inexplicable. En tous cas, à chaque fois que j'ai pu constater un phénomène soi disant paranormal, j'ai su expliquer ce qui se passait. Le problème souvent, c'est qu'on n'a que des témoignages. On nous décrit par exemple un esprit frappeur. Mais quand on vient sur les lieux, on n'entend rien…

Comment expliquer que tant de personnes lisent leur horoscope chaque matin ?
Il y a 2 aspects différents. D'abord parce que c'est "amusant" : c'est un phénomène de société, c'est plus facile pour trouver un sujet de conversation, pour draguer parfois…
Et l'autre point est que, souvent, les médias ne parlent de parasciences qu'en leur faveur. L'information la plus répandue est celle des parapsys et des médiums. Pas celle des scientifiques. Or s'il est facile de lancer des histoires, il est long, fastidieux, et quelquefois difficile de les démystifier.

"Un scientifique qui a bossé 30 ans dans une discipline reconnue ne peut pas être mis sur le même plan qu'un médium qui a inventé sa propre discipline !"

Pourquoi cette absence d'esprit critique dans les médias ?
Les médias pensent, à tort, que le sujet n'est pas porteur dès lors qu'on explique des phénomènes. A mon avis, ils se trompent. Sur le même principe que l'émission Mystère de TF1 (particulièrement délétère par ailleurs), on aurait pu en faire une bonne émission : 52 minutes d'enquête, où on découvre un phénomène décrit comme paranormal, puis peu à peu, les failles… et on aurait la réponse à l'émission suivante ! Des sociétés de production se sont montrées intéressées, mais pas les diffuseurs. Ils ont peut-être peur de ne pas faire d'audience. Et de perdre une partie de leur audimat.
C'est dommage. Si les médias prenaient ne serait-ce qu'à égalité la zététique et les parasciences, on aboutirait, à mon avis, à un changement significatif dans la population. Mais attention, égalité ne veut pas dire : un scientifique face à un astrologue. Un scientifique qui a bossé 30 ans sur un sujet dans une discipline reconnue ne peut pas être mis sur le même plan qu'un médium qui a inventé sa propre discipline et ses règles ! Pour l'égalité, il faudrait un par exemple un astronome face à 20 astrologues.

Pourquoi vous attaquez-vous tant à ceux qui croient au paranormal ? Après tout, quel danger y a-t-il à les laisser croire ?
Tout d'abord, je n'attaque personne. Les croyances individuelles ne me gênent pas. Les voyantes ont un rôle similaire à celui d'un psy parfois, un rôle social indéniable et positif. Mais les dérives et excès posent problème. Je pense aux sectes par exemple.
D'une manière générale, c'est la manipulation des esprits qu'il faut "combattre". Moi j'utilise l'attrait des phénomènes paranormaux pour faire comprendre ce qu'est l'art du doute. C'est important partout que les gens sachent douter et aient un esprit critique : pas seulement en ce qui concerne le paranormal mais aussi quand on parle d'OGM, de clonage ou de nucléaire…

Magazine Science Envoyer | Imprimer Haut de page
Votre avis sur cette publicité