FlexBlue : une centrale nucléaire sous-marine qui fait des vagues

La DCNS développe, depuis deux ans, avec Areva, EDF et le CEA un projet de réacteur nucléaire sous-marin inédit. Un projet qui met les écologistes en émoi.

Un mini-réacteur de la forme d'un sous-marin posé au fond de l'océan sera-t-il le prochain fleuron de l'industrie nucléaire française ? C'est l'espoir du groupe de construction navale DCNS qui vient de lancer ce projet destiné à alimenter en électricité îles et régions isolées. Baptisé Flexblue, ce réacteur cylindrique de 100 mètres de long et 15 de large "est un concept très innovant qui va, nous l'espérons, renforcer la prééminence du nucléaire français", a souligné, mercredi, Patrick Boissier, P-DG de DCNS devant des journalistes.

Il y a encore quelques mois, l'industrie nucléaire française plaçait tous ses espoirs commerciaux dans le réacteur nucléaire de troisième génération EPR. Mais cette grosse machine, d'une puissance de 1.650 mégawatts (MW), a essuyé un camouflet majeur lors d'un appel d'offres de 20 milliards de dollars à Abu Dhabi en décembre 2009. Coûteux, ce réacteur ne convient pas à tous les pays, notamment ceux dont les réseaux électriques sont peu développés.

Partenariat avec Areva, EDF et le CEA

Pour développer leurs chances à l'export, le groupe nucléaire Areva et l'énergéticien GDF Suez concentrent depuis lors leurs efforts sur l'Atmea, un réacteur de 1.100 MW, tandis qu'EDF veut développer un réacteur avec le groupe chinois CGNPC. Mais DCNS vient de prendre tout le monde de court en présentant un projet de réacteur de petite puissance (50 à 250 MW), qui plus est sous-marin. Pour développer ce nouveau produit, l'ancienne Direction des constructions navales entend s'appuyer sur ses quarante années d'expérience dans la construction de sous-marins à propulsion nucléaire. Elle a invité Areva (qui fabrique déjà les chaudières des sous-marins), EDF et le Commissariat à l'énergie atomique (CEA) à participer aux études dans l'espoir d'installer un prototype au large des côtes françaises en 2016 ou 2017.

flexblue
Ce projet de centrale nucléaire sous-marine suscite l'inquiétude parmi les écologistes. © DCNS

Ancré au fond de l'océan sous 60 à 100 mètres d'eau, contrôlé à distance, Flexblue permettrait d'alimenter de 100.000 à un million d'habitants via un câble électrique sous-marin, soit "une ville de la taille de Tanger ou une île comme Malte", selon M. Boissier. Transportable par bateau, il serait construit dans les chantiers navals de Cherbourg (nord-ouest), où seraient aussi effectuées les opérations de maintenance et de rechargement en uranium.

L'eau, "la meilleure barrière"

D'un coût de quelques "centaines de millions d'euros", il présenterait plusieurs avantages par rapport à un réacteur classique : construit en série, plus vite (2 ans), il fera l'économie des coûteux travaux de génie civil (béton armé, terrassement, etc.). Et même s'il était vendu à l'étranger, il serait construit en France avant d'être livré par bateau. En outre, contrairement au réacteur nucléaire flottant développé par le groupe russe Rosatom, Flexblue bénéficierait de la "protection de la mer", avance le patron de DCNS.

La chute d'un avion ou d'un missile serait ainsi stoppée par la profondeur d'eau, avance-t-il. Et "l'eau est la meilleure barrière contre l'irradiation", souligne-t-il, en remarquant que les déchets nucléaires étaient pour cette raison stockés dans des piscines. "Avant de présenter ce concept, nous avons vérifié avec les experts de l'Autorité de sûreté nucléaire qu'on n'était pas en train d'imaginer quelque chose d'aberrant", précise M. Boissier. En termes de sûreté, "cette technologie a démontré sa faisabilité et sa sécurité", assure-t-il, en mettant en avant les 150 réacteurs nucléaires en service dans le monde.(Source : AFP)

Voir la video

Article le plus lu : Attentat de Manchester : le nom de l'auteur dévoilé : voir les actualités

Nucléaire / Invention