Un cerf-volant producteur d'énergie

lors de son ascension, la voile réalise une traction sur le câble ce qui fait
Lors de son ascension, la voile réalise une traction sur le câble ce qui fait tourner le générateur au sol et produit de l'électricité.  © Sequoia Automation

Rotolike diverge du concept de Makani avec la mise en place de deux cerfs-volants opposés de 10 m d'envergure (ce qui correspond à une surface de 314 m² pour intercepter les vents). Cela permet de contrôler le câble et d'optimiser l'interception de vents grâce à une figure de rotation effectuée par la voile.

Une fois arrivé à l'altitude souhaitée -environ 1 000 m- l'ensemble se rembobine et la voile se replie sur elle-même de manière à diminuer les forces de frottements ; puis les cerfs-volants reprennent de l'altitude exerçant une force de traction sur le filin qui fait tourner le générateur et produit de l'électricité.

Les ingénieurs prévoient un coût record de production d'énergie de 0,006 euros le kilowatt/heure.