Partager cet article

RSS
L'Internaute > Week−end
> Livres > Auteurs
 PORTRAIT 
Octobre 2005

Marie Darrieussecq, à fleur de peau

Marie Darrieussecq s'est fait connaître avec Truismes, paru en 1996.
Elle est l'écrivaine de notre temps, de nos dépressions, de nos fantômes.
Envoyer à un ami | Imprimer cet article

L'écriture du corps
La jeune femme longiligne est attachée à son pays d'origine, le Pays Basque où elle est née en 1969. Très jeune férue de littérature, elle choisit des études de Lettres, laissant ses parents quelque peu angoissés par un avenir incertain. Marie Darrieussecq entre à l'École Normale Supérieure et s'intéresse aux écrivains Georges Perec, Michel Leiris, Serge Doubrovsky et Hervé Guibert. Elle s'essaie quelques années à l'enseignement à Lille, puis se consacre entièrement à l'écriture.
Son premier roman paru chez POL, Truismes, qui est en fait son septième roman, connaît un grand succès : il est vendu à 1 million d'exemplaires dans le monde. Truismes, qui n'est pas sans rappeler La Métamorphose de Kafka, raconte l'histoire d'une esthéticienne qui se transforme en truie. C'est un roman audacieux, plein d'humour et de crudité, qui explore un entre-deux de l'identité.
Marie Darrieussecq s'intéresse de près à l'autobiographie et à l'auto-fiction, bien qu'elle déclare que seul son roman Le Bébé (2002) emprunte cette voie.
Dans Naissance des fantômes (1998), elle crée à nouveau un personnage de femme perdue, à la recherche de ses repères. Se confirme également une écriture du corps, de ses sensations, l'exploration clinique et presque chirurgicale de l'expérience sensorielle.

La famille et les fantômes
Un des thèmes favoris de Marie Darrieussecq est la relation mère-fille, que l'on retrouve dans presque tous ses romans, de Naissance des fantômes à Le pays (2005) en passant par Bref séjour chez les vivants (2001). Cette relation est souvent cruelle : aucune trace de mièvrerie.
Les fantômes athés annoncent leur Naissance dès 1998, pour s'immiscer ensuite un peu partout, que ce soit dans un appartement vide, dans les contrées perdues de l'Antarctique, dans les dialogues croisés d'une mère et de ses filles. Ces fantômes se manifestent par des creux dans l'air, par une densité de blanc supérieure, par une vibration. La science est un terreau pour l'écrivaine, qui a été successivement mariée à un mathématicien puis à un chercheur en astrophysique.
Marie Darrieussecq, petit sourire en coin, ambitieuse mais à fleur de peau, aime Les Contes de la Lune vague après la pluie de Kenji Mizoguchi, La Jetée de Chris Marker et Stalker de Tarkovski. Toujours côté cinéma : les droits d'adaptation de Truismes ont été acquis par Jean-Luc Godard.

Vous avez lu un livre de Marie Darrieussecq. Donnez votre avis en cliquant ici

2005
Le Pays
     
1996
1998
1999
     
2001
2002
2003

 

 
 Florence GIRARDEAU, L'Internaute
 
Magazine Week−End
Envoyer | Imprimer
Haut de page