Châteaux
de la Loire

Sommaire

Les châteaux de la Loire vu du ciel

Le château d'Azay-le-Rideau
 
Le château d'Azay-le-Rideau Photo © L'Internaute Magazine / Dominique Oliva
 

 

 

 

 

 

 

 

 

Surgissant au détour d'un bois, posé sur l'Indre dont il semble avoir arrêté les flots pour mieux refléter ses façades majestueuses, le château d'Azay-le-Rideau évoque avec romantisme le luxe innocent et paisible d'un conte de fée. Son élégante architecture Renaissance rayonne au cœur d'un grand parc bordé de bois et traversé par les eaux apaisées de l'Indre.


Une histoire tumultueuse

Pourtant, loin de l'image de la Belle au bois dormant, Azay-le-Rideau connaît mieux les déboires des conflits d'intérêts que les histoires d'amour. A la lisière de la forêt de Chinon, et à une vingtaine de kilomètre de la ville de Tours, Azay-le-Rideau est depuis des siècles le point de passage entre les deux villes. En 1418, les Bourguignons qui occupent les lieux insultent Charles VII lors de son passage. Le château est alors brûlé en représailles. La commune en gardera les stigmates jusqu'au XVIIIe siècle, en prenant le nom d'Azay-le-Brûlé.

La construction de l'actuel château débute en 1515 lorsque Gilles Berthelot, trésorier des finances royales, obtient l'autorisation de reconstruire les fortifications. Sa femme supervise alors les constructions qui s'inspirent largement de la Renaissance italienne. Mais les succès de Berthelot et de son ami Semblançay provoquent la méfiance de François Ier. Accusé de malversation (à tord ou à raison, l'Histoire ne le dit pas), Semblançay est arrêté et pendu en 1527. Par peur de subir le même sort, Berthelot préfère quitter le pays et abandonner le château à sa femme. François Ier s'approprie alors l'édifice pour l'offrir à Antoine Raffin, un de ses compagnons d'armes de la campagne d'Italie.

Le château dépéri au cours des siècles suivants jusqu'à ce que Charles de Biencourt rachète la propriété en 1791. Lui et ses descendants travaillent à sa restauration en supprimant les derniers vestiges médiévaux et en créant le parc anglais. En 1905, l'Etat rachète le château.


Façade italienne et tapisseries

Construit en L et entouré de plans d'eau, le château se distingue par sa subtile alliance de tradition française et de Renaissance italienne. L'impressionnant escalier d'honneur, au centre du grand logis, dessert les trois étages. L'escalier droit permet d'accéder aux pièces les plus prestigieuses : les appartements privés et la salle d'apparat.

Généreusement meublés, agrémentés de nombreuses tapisseries de Paris, d'Anvers ou de Bruxelles, les intérieurs offrent un décor luxueux et riche en détails. Les portraits de souverain peuplent la chambre et l'antichambre du roi tandis que la salle d'apparat impressionne par ses dimensions. Sur la cheminée, une peinture en trompe l'œil représente une salamandre, emblème de François Ier. A l'extérieur, le parc à l'anglaise permet de contempler le château sous tous les angles et de flâner paisiblement en profitant des aménagements qui canalisent et retiennent les eaux de l'Indre.

 

"Songes et lumières" à Azay-le-Rideau
 
Le spectacle "Songes et Lumières" Photo © Château d'Azay-le-Rideau / CMN
 

PRATIQUE

Adresse :
rue de Pineau 37 190 Azay-le-Rideau
Renseignements :
02 47 45 42 04
Horaires :
tous les jours de 9h à 19h (jusqu'au 31 août), puis 9h à 18h
Tarifs :
tarif adulte : 7.50 € / tarif réduit : 4.80 €
Sur le web : azay-le-rideau
Voir aussi : "Songes et Lumières"
Et aussi : toutes les photos d'Azay-le-Rideau
Consulter le guide des Régions


SEJOUR

Trouvez un hôtel à Azay-Le-Rideau


EN IMAGES  Les châteaux de la Loire vus du ciel
Les châteaux de la Loire Les châteaux de la Loire Les châteaux de la Loire



Magazine Week−End Envoyer Imprimer Haut de page
Votre avis sur cette publicité

Sondage

Etes-vous parti en vacances cet été ?

Tous les sondages