L'Internaute > Sport > 
Le combat de sumo
 ARTICLE 
Septembre 2005

Un sport à découvrir : le combat de sumo

Sport préféré du président de la République Jacques Chirac, le sumo est un art martial ancestral, dont les lutteurs sont considérés comme des dieux au Japon. Découverte de ce sport spectaculaire.
Envoyer à un ami | Imprimer cet article
Les origines du sumo
Le premier combat de sumo aurait eu lieu il y a 2 500 ans entre les dieux Takemikazuchi et Takeminakata. C'est Takemikazuchi qui le remporta, et son peuple, les Japonais, gagna le droit d'habiter l'archipel. La pratique du sumo s'est ensuite développée, pour devenir très populaire au 17ème siècle. Les lutteurs de sumo, appelés toshiyoris, recevaient même à cette époque d'énormes sommes d'argent d'admirateurs fortunés. Aujourd'hui, le sumo moderne est nommé Sumo Kyokai. Les plus grands champions de sumo sont sacrés "Yokozunas" : les champions suprêmes. C'est le rang le plus haut dans la hiérarchie du sumo.

Classement et niveau des lutteurs

Semblable à la culture japonaise, le sumo repose sur une division hiérarchique très précise. Le "banzuké" correspond à la liste des lutteurs qui s'affrontent entre eux lors d'un tournoi. Toute l'organisation du sumo est basée sur ce principe du rang du lutteur : ce rang est affecté en fonction des résultats de chaque combat. Bien sûr, un sumo peut être très bien placé dans la hiérarchie un jour, puis redescendre très bas en peu de temps. Tout dépend de ses résultats aux combats.

L'alimentation des rikishis

Les rikishis sont les lutteurs sumo, quelque soit leur niveau. Le plus essentiel dans la préparation physique d'un "sportif" sumo est l'alimentation. C'est une étape difficile, et sans doute la plus importante pour la préparation du lutteur, qu'il ait ou non une facilité à prendre du poids. Il doit en effet peser au minimum 130 kg. Et au Japon, les sumos sont considérés comme de véritables dieux. Ils sont même devenu des sex symboles au Japon, objets de convoitise pour les femmes, qui sont prêtes à se battre pour les approcher.

Le lutteur sumo n'obtient pas son physique en mangeant des chips ou en buvant des sodas. Le menu type du rikishi est le "chanko". Ce repas est composé de différents plats et d'une énorme marmite, qui constitue le plat principal. C'est une sorte de ragoût riche en viande, très gras et très salé, sensé aider les lutteurs à assimiler une énorme quantité de riz, accompagnée de divers "amuse-gueules" (beignets de poissons, boulettes de viande, pâtés de tofu, gâteaux de riz, bouillon de nouille…), et de boissons sucrées (jus de fruit, sodas...). Les lutteurs font 2 repas par jour de chanko, après lesquels ils dorment systématiquement. Au final, le rikishi consomme en moyenne dans la journée 10 000 calories ! Pour un homme de taille et de poids moyens, cette quantité ne doit pas dépasser 2 000 calories ! Certains lutteurs qui ont du mal à prendre du poids peuvent aller jusqu'à 5 repas de "chanko" par jour.

L'entraînement très intensif du sumo
Un lutteur a un entraînement quotidien très dur, appelé le "keiko". Il représente 30 heures dans la semaine d'un sumotori. La première partie démarre en général à 5h du matin, avec des exercices d'endurance : une marche rapide de 20 minutes, des exercices de souplesse, car elle est essentielle pour les lutteurs sumo, et des exercices de force, pendant lesquels le rikishi frappe un pilier en bois très dur. Ensuite, au bout de 3 heures environ, le lutteur entame la seconde partie de son entraînement, qui est la partie spécifique au combat de sumo.

La tenue spéciale du combattant sumo

Le "mawashi" est la tenue typique d'un lutteur. C'est un morceau de tissu en coton épais (comme un kimono de judo) de 50 cm de large, et de 5,5 fois le tour de taille en longueur. Il doit être plié sur 4 épaisseurs en tout. Il faut toujours être à deux pour parvenir à mettre sa tenue de sumo. Une fois changé, le rikishi n'a plus qu'à aller combattre. Il existe plus de 80 prises de sumo que l'on peut infliger à son adversaire. Un très large choix, et toute une technique de combat ancestrale, bien plus complexe qu'elle n'en a l'air.


En savoir plus sur le sumo avec des sites français spécialisés :

» www.sumofr.net
» www.lemondedusumo.com
» www.infosumo.net

EN IMAGES Les photos du tournoi Nagoya basho 2005

Diaporama 12 photos | Toutes les photos dans la Galerie photos


  Le combat de sumo  
 
 Jennifer Wunsch, L'Internaute
 
Magazine Sport
Envoyer | Imprimer
Haut de page
 
 
newsletter
Sport/Hommes Voir un exemple
Alertes Sport Voir un exemple
L'Internaute Magazine Voir un exemple
Toutes nos newsletters