L'Internaute > Sport > 
Le jorkyball
 SPORT 
Mai 2006

Le jorkyball, une autre manière de jouer au foot

Quel sport se cache derrière ce nom étrange ? Le jorkyball est en fait un dérivé du foot, du billard et du squash. Son succès est tel que chaque année, plus d'une dizaine de complexes de jorkyball ouvrent leurs portes.
Envoyer à un ami | Imprimer cet article

 

Un match en vidéo

L'objectif du jorkyball n'est pas différent de celui du football ou du foot en salle : marquer le plus de buts possibles. Mais la comparaison s'arrête là. Au jorkyball, pas besoin de réunir 11 joueurs pour constituer une équipe, ni de réquisitionner un grand terrain.
Une surface de jeu de 5 m sur 10, en gazon synthétique
et entourée de parois en plexiglas, des buts de 1 m sur 1 : voilà pour le décor. Deux équipes de deux joueurs : voilà pour les acteurs.
Chaque équipe est composée d'un attaquant et d'un défenseur qui inversent leur rôle à chaque set. Il n'y pas vraiment de gardien puisque l'usage des mains des totalement proscrit ! Un match se dispute en 3 sets gagnants de 7 buts. Le ballon utilisé (14 cm de diamètre) est recouvert de feutrine. Les joueurs peuvent utiliser les parois et le filet situé au dessus de la "cage" pour faire rebondir le ballon. Enfin, autre particularité de ce sport : les joueurs s'auto-arbitrent.
Ludique et très rapide, le jorkyball combine technique individuelle, jeu collectif et sens tactique. Sa pratique permet de développer les capacités de sprint, d'améliorer les réflexes, ainsi que le souffle et l'endurance. "Au début, quand les joueurs voient la taille du terrain, ils se disent que ça ne doit pas être bien fatiguant. Mais après une partie de 45 minutes, ils ressortent sur les rotules" explique Fabien Valette, vice-champion de France 2006 et gérant du plus grand complexe de jorkyball de France, à Châtillon, en région parisienne.

Un sport récent
Le jorkyball est né en France en 1987. Gilles Paniez, en jouant avec ses collègues dans l’arrière-boutique de la station service où il travaillait, a eu l’idée de transformer ce qui n’était pour lui qu’un passe temps, en une activité accessible pour tous. En 1990, la rencontre avec l'Italien Pierfrancesco Iazeolla, véritable commercial, marque le décollage du "2 x 2 Jorkyball". Le jeu se développe dans 7 pays : la France, l'Italie, l'Angleterre, l'Espagne, le Portugal, les Etats-Unis et le Mexique.
En France, le jorkyball compte plus de 1 000 licenciés dans une cinquantaine de clubs. Mais le nombre de pratiquants occasionnels s'élève à près de 50 000. Et plus de 500 000 sportifs se sont mis au jorkyball dans toute l'Europe.

Pas besoin d'être inscrit dans un club
Ce sport se pratique soit en compétition, soit en loisirs. En France, il existe deux fédérations de Jorkyball, qui réunissent chacune une vingtaine de clubs. La Fédération Sportive de Jorkyball (www.fsjb.net) va même intégrer la Fédération Française de Football à la rentrée 2006. Il n'y a pas d'âge (ni de sexe) pour jouer au jorkyball : il existe un championnat des moins de 15 ans, des moins de 17 ans, un championnat féminin...
Mais les amateurs n'ont pas besoin d'être inscrit dans un club pour jouer. Comme au squash ou au tennis, on peut louer un court de jorkyball. Les prix varient selon les centres sportifs mais, en moyenne, il faut compter 6 ou 7 euros par personne pour jouer 45 minutes.

Dossier
Présentation
Vidéo
En images

On peut trouver un club de jorkyball dans quasiment toutes les grandes villes. Son succès est tel que chaque année, il s'ouvre entre 10 et 15 salles.
"J'ai découvert ce sport il y a six mois, confie Xavier, "jorkeur" amateur. C'est plus sympa que le foot, où tu ne touches que dix fois le ballon dans un match. Là tu es sans cesse en mouvement, c'est très rapide".
Des tournois sont régulièrement organisés dans les complexes de jorkyball. "Ça permet à ceux qui n'évoluent pas en club de se mesurer à d'autres sportifs. Mais toujours dans un bon esprit. Le fair play, c'est la base du jorkyball" précise Fabien Valette.
En savoir plus
» Fédération Sportive de jorkyball
» Ligue Française de jorkyball

 
 Marie Rialland, L'InternauteSport
 
Magazine Sport
Envoyer | Imprimer
Haut de page
 
 
newsletter
Sport/Hommes Voir un exemple
Alertes Sport Voir un exemple
L'Internaute Magazine Voir un exemple
Toutes nos newsletters