Jules Bianchi : l'indignation sur le drapeau vert est absurde

Jules Bianchi : l'indignation sur le drapeau vert est absurde L'image du drapeau vert agité à quelques mètres de l'accident de Jules Bianchi indigne certains observateurs. Sa présence est pourtant tout à fait normale.

L'accident de Jules Bianchi durant le Grand Prix du Japon pose un certain nombre de questions sur la sécurité des pilotes de Formule 1. La signalisation des dangers le long du parcours a directement été mise en cause par certains observateurs et journalistes. La polémique se cristallise sur le drapeau vert agité par un commissaire de course, situé seulement à quelques mètres de l'impact entre la voiture de Jules Bianchi et la dépanneuse. Des images de prime abord surprenantes, qui peuvent laisser croire que l'organisation est totalement dépassée par l'accident ou bien inconsciente. Il n'en est absolument rien. Au contraire : si un drapeau vert est agité derrière la dépanneuse, c'est parce que le tronçon qui le précède est lui signalé par un drapeau jaune, signifiant le danger.

La FIA a expliqué la présence de ce drapeau vert à ceux qui voulaient bien l'écouter. Lors du premier accident, celui d'Adrian Sutil, la procédure a été scrupuleusement mise en place : le commissaire placé au départ du tronçon de la course où a eu lieu le premier accident a sorti et agité le drapeau jaune. La dépanneuse s'est avancée dans ce tronçon. Le poste de commissaire suivant était situé plusieurs mètres plus loin : l'agitation de leur drapeau vert n'avait qu'un seul objectif : signaler qu'à partir de ce point précis, il n'y avait plus de danger pour les pilotes. Une décision tout à fait normale et légitime. En revanche, c'est bien la présence de la dépanneuse qui soulève le plus de questions : fallait-il arrêter la course pour permettre à l'engin de quitter les lieux ?

Article le plus lu - Remaniement : découvrez le nouveau gouvernement › Voir les actualités

Annonces Google