JO 2024 [PARIS] : billetterie, dates, réactions... Les dernières infos

JO 2024 [PARIS] : billetterie, dates, réactions... Les dernières infos JO PARIS 2024 - L'attribution des Jeux olympiques de 2024 à la candidature de Paris est désormais officielle. Dernières réactions, date, billetterie... Les dernières infos.

L'ESSENTIEL - Jeudi, les 84 membres du CIO présents au Pérou ont validé à l'unanimité l'accord tripartite qui accorde les JO 2024 à Paris, ceux de 2028 à Los Angeles. Paris, qui a vaincu sa malédiction olympique, a désormais sept ans pour préparer les Jeux d'été 2024. Les dates des JO de Paris devraient s'étaler du 2 au 18 août. Mais certaines compétitions pourraient commencer plus tôt comme les tournois féminin et masculin de football qui pourraient débuter dès le 31 juillet. Voici tout ce qu'il faut savoir sur les JO de Paris 2024.

JO 2024 : les dernières infos en direct

18:13 - Le métro parisien à l'heure des Jeux

Au lendemain de la désignation de Paris pour l'organisation des JO 2024, la RATP a décidé de changer le nom de la station de métro "Hôtel de Ville" en "Ville hôte" et le sol a pris la forme de couloirs d'athlétisme :

17:41 - Les infos sur le concert à l'Hôtel de ville vendredi

La ville de Paris, choisie pour organiser ces JO 2024, a prévu de célébrer l'évènement avec un grand concert demain, de 20h30 à 23h, devant l'Hôtel de ville. Dans un communiqué, la mairie précise : "Suite à l’attribution des JO 2024 à Paris, un grand concert populaire, gratuit et ouvert à tous aura lieu vendredi soir pour célébrer la victoire. Au programme : Florent Pagny, Kids United, Christophe Willem, Nolwenn Leroy, Amir, Imany, Liam Payne, Shy’m, Marina Kaye, Tibz, Lartiste, les Gipsy Kings et Chico, Patrick Fiori, Slimane". A noter que le concert sera diffusé en direct sur C8 à la TV, et sur RFM à la radio.

16:21 - Comment devenir bénévole ?

Les JO 2024 n'échapperont pas à la règle : des dizaines de milliers de volontaires seront recrutés par le Comité d'organisation parisien. Pas d'empressement toutefois puisque le recrutement ne devrait pas commencer avant le début de l'année 2022. Sachez que por être retenu, il faut au minimum avoir plus de 18 ans et parler deux langues.

16:13 - La billetterie ouvrira en 2023

Les billets pour assister aux épreuves sur les différents sites des JO 2024 à Paris seront mis en vente aux alentours du mois de septembre 2023. On sait déjà que le prix minimum sera de 15 euros et que la moitié des tickets seront accessibles pour un prix inféreieur à 50 euros. Plus de 13 millions de billets seront commercialisés.

11:57 - Le verdict en vidéo

Revivez l'annonce de Thomas Bac, président du CIO, concernant l'attribution des JO 2024 et 2028 :

10:55 - Quel coût pour les JO 2024 ?

Le comité d'organisation des Jeux olympiques à Paris en 2024 a prévu un budget de 3,7 milliards d'euros avec une "réserve pour aléa" de 304 millions d'euros. La maire de Paris, Anne Hidalgo, que cela n'entraînerait aucune hausse d'impôt pour les habitants d'Ile-de-France.

10:38 - La date du 2 août quasi-confirmée pour les JO de Paris 2024

C'est Tony Estanguet, le co-président de la candidature de Paris 2024, qui a lâché la date de début des Jeux olympiques organisés dans la capitale. "J'ai hâte d'être au 2 août 2024 pour la cérémonie d'ouverture", s'est-il enflammé à Lima, en marge de la cérémonie d'attribution des Jeux. Cette cérémonie se déroulera au Stade de France. Les compétitions durant traditionnellement une quinzaine de jours, on peut en conclure que les JO de Paris 2024 s'achèveront aux alentours du 18 août.

10:34 - Zidane : "Une fierté"

Après la victoire du Real Madrid mercredi soir en Ligue des champions, Zinédine Zidane, le coach des Merengue est également revenu sur la désignation de Paris comme vill eorganisatrice des JO 2024, en conférence de presse : "C'est une fierté. Même si je n'ai jamais participé aux Jeux Olympiques, chacun à sa manière nous sommes solidaires de tout ça. J'ai pu participer à plusieurs reprises pour soutenir cette candidature.Je suis heureux".

09:52 - Les JO 2024 et leur budget, un sujet hautement politique

Avec l'attribution officielle des JO par le CIO, Paris 2024 devrait devenir un sujet hautement politique. Sur France 2 ce matin, la présidente du Front national Marine Le Pen, qui tente de revenir dans le jeu après sa défaite à la présidentielle et une période de flottement de son parti, s’est dite "heureuse" de l'organisation de ces jeux parisiens. Mais elle a immédiatement tempéré son enthousiasme sur le terrain du coût et de la sécurité : "Paris, c’est le moins qu’on puisse dire, n’est pas une des capitales les plus sûres du monde", a lâché l'ancienne candidate d'extrême droite qui ne voudrait pas non plus "voir déraper les dépenses au moment où on demande tant d’efforts aux Français".

09:21 - Un budget de 6,6 milliards d'euros pour les JO de Paris 2024

Le projet des JO 2024 à Paris devrait être réalisé pour un budget global de 6,6 milliards d'euros, soit largement en deça des dernières éditions qui, de Londres-2012 à Rio-2016, ont culminé à plus de 11 milliards. Mais des voix s'élèvent déjà pour mettre en garde les organisateurs voire mettre en doute ce budget, qui pourrait être largement dépassé selon eux. Bernard Lapasset, co-président du comité, répond que le projet est "à l'abri de tout dérapage financier", grâce aux nombreux équipements existants et aux transports publics, qui seront pris en charge par les collectivités locales dans le cadre du Grand Paris.

08:45 - Beaucoup de travail à Paris avant 2024

Le Stade de France, Bercy, Roland-Garros, le Vélodrome de Saint-Quentin en Yvelines, le Zénith, la base nautique de Vaires sur Marne, mais également les sites mythiques de la capitale comme le Champs de Mars, le Trocadéro, l'esplanade des Invalides ou le Grand Palais sont retenus pour les JO de 2024. Mais il faudra aussi bâtir de nouvelles infrastructures. Les équipements pérennes à construire seront mis en chantier d'ici à deux ans avec le souci de coller aux besoins des territoires concernés, selon le voeu du CIO, principalement la Seine-Saint-Denis.

13/09/17 -  19:48 - Paris officiellement organisatrice des JO 2024 !

C'est officiel ! L'organisation des Jeux olympiques de 2024 a été confiée à Paris. Sans surprise, Los Angeles sort elle aussi gagnante. La ville américaine organisera pour sa part les JO 2028.

13/09/17 -  18:38 - Les délégations montent sur scène pour le dernier grand oral

L'équipe de Paris 2024 est emmenée par Tony Estanguet, accompagné notamment de Guy Drut, Anne Hidalgo. Les représentants de Los Angeles prennent également place sur les chaises disposées sur l'estrade.

13/09/17 -  18:35 - Laure Flessel enthousiaste

La Ministre des Sports a partagé une photo de la délégation française de la session du CIO, depuis la salle abritant la session du CIO.

13/09/17 -  18:16 - Les détails du vote

Les membres du CIO devront répondre ce soir à la question suivante : "Approuvez-vous l'accord conclu entre le CIO, Paris et Los Angeles ?". Preuve du peu d'incertitude qui règne, ces derniers seront appelés à s'exprimer à mains levées et non par vote secret, comme c'est le cas habituellement.

Vote JO 2024

Le vote et la désignation de la ville hôte des JO 2024 ont eu lieu le mercredi 13 septembre 2017, lors de la 130e session du Comité international olympique (CIO) à Lima (Pérou), après les présentations finales de chacune des candidatures, et après le rapport du président de la commission d'évaluation du CIO. Dans le schéma habituel, les 98 membres du CIO sont appelées à voter au premier tour pour l'une des deux villes (sauf ceux représentant les pays candidats, c'est le cas de Tony Estanguet pour la France). La ville qui recueille le plus de voix est élue. Cette fois, la procédure de vote était particulière puisque les votants ont été appelés à s'exprimer à la fois pour les JO 2024 et pour les JO 2028 en répondant à une seule question et en s'exprimant à mains levées.

Date JO 2024

Paris accueillera donc les Jeux olympiques 2024. Avant cela, les postulants à l'organisation de ces Jeux ont dû passer par plusieurs dates clés. Celle du 17 février 2016, date limite de dépôt de la première partie des dossiers de candidature consacrés à la vision, au concept des Jeux et à la stratégie, puis le 7 octobre 2016, date limite de dépôt de la deuxième partie du dossier, dédiée à la gouvernance, aux aspects juridiques et au financement des sites. Paris, Budapest et Los Angeles avaient enfin déposé une troisième et dernière partie du dossier (livraison des Jeux, expérience et héritage en termes de sites olympiques), le 7 février 2017.

Est ensuite venue l'heure des visites de la Commission d'évaluation du CIO dans les deux villes candidates, durant les mois d'avril et mai 2017, plus précisément du 23 au 25 avril à Los Angeles, et du 14 au 16 mai à Paris, soit quelques jours après le deuxième tour de l'élection présidentielle. Le rapport de la commission d'évaluation a ensuite été publié pendant le mois de juillet. C'est le principe de la double attribution qui a été retenue : Paris devrait être choisi pour 2024 et Los Angeles pour 2028. Les dates des Jeux olympiques en tant que telles ne sont pas encore connues même s'il se murmure que Paris aurait choisi d'organiser ses Jeux du vendredi 2 au dimanche 18 août 2024.

Candidats aux JO 2024

De nombreuses villes ont envisagé de se porter candidates à l'organisation des JO 2024 sans aller jusqu'au bout du processus. C'est le cas par exemple de Durban (Afrique du Sud), Berlin (Allemagne), Melbourne (Australie), Nairobi (Kénya)... D'autres se sont déclarées officiellement candidates avant de finalement retirer leur projet. En Allemagne, Hambourg, préférée à Berlin, s'était ainsi lancée dans la course avant de faire machine arrière après la victoire du non au référendum organisé sur le sujet en novembre 2015 : 51,7 % des habitants de la ville avaient ainsi rejeté la candidature.

Autre ville à avoir fait volte-face dans cette course à la candidature pour les Jeux olympiques 2024 : Rome, en Italie. La ville aux sept collines, qui avait déjà abandonné au dernier moment pour l'édition 2020, avait pourtant été la première à se dévoiler, lors de l'été 2015, avant d'être rapidement rattrapée, dans les mois suivants, par ses problèmes d'endettement et de capacité d'investissement. Un dossier difficile définitivement plombé, en septembre 2016, par les déclarations de Virginia Raggi, fraîchement élue maire de Rome, qui avait jugé la candidature "irresponsable". L'officialisation du retrait de Rome de la course aux JO 2024 a été officialisé par le Comité olympique italien au début du mois d'octobre 2016, laissant le champ libre aux trois villes restent candidates : Paris, Los Angeles et Budapest, cette dernière décidant finalement, elle aussi, de jeter l'éponge au mois de février 2017.

Paris 2024

Si la ville de Paris a décidé de se porter candidate pour accueillir ces Jeux olympiques 2024, elle n'en est pas à son coup d'essai. Elle a en effet récemment échoué dans sa quête en 1992 (battue par Barcelone), en 2008 (battue par Pékin) et en 2012 (battue par Londres). En 2004, c'est Lille qui avait été choisie pour représenter la France, sans réussite non plus. Il faut remonter à 1900 et 1924 pour retrouver la trace de JO d'été en France, à chaque fois dans la capitale française. C'est le 23 juin 2015 que Paris a déclaré officiellement sa candidature, confirmée trois mois plus tard par la Comité international olympique. Le logo, allusion directe à la Tour Eiffel, a lui été dévoilé le 16 février 2016.

Dans la foulée, le comité de candidature de Paris 2024, présidé par Tony Estanguet et Bernard Lapasset, est entré dans le détail de son projet (budget estimé à 6 milliards d'euros) en indiquant notamment les sites sur lesquels elle compte s'appuyer (95 % de sites déjà construits). Parmi les infrastructures qui seraient sollicitées figurent des stades ou des salles dédiées traditionnellement au sport mais aussi quelques haut lieux de la capitale. Dans la liste des sites, on trouve ainsi le Stade de France (athlétisme), la Cité du Cinéma à Saint-Denis (village olympique), le Champ-de-Mars (beach-volley), la Tour Eiffel (triathlon), les Champs-Elysées (cyclisme sur route), le Grand Palais (escrime, taekwondo), l'Esplanade des Invalides (tir à l'arc), le Parc des Princes (football), le stade de Roland Garros (tennis), le Vélodrome national de Saint-Quentin-en-Yvelines...

Le slogan de la candidature de Paris aux JO 2024 a été dévoilé au début du mois de février. Il s'agissait de "Made for sharing". Dans la langue de Molière, cela signifie "Faits pour être partagés". Ce slogan est venu remplacer "La force d'un rêve", envisagé pour les Jeux olympiques 2024 au tout début de la campagne. Les responsables du dossier ont en effet souhaité "donner un caractère universel au projet" en optant finalement pour un slogan en anglais, comme l'a justifié Tony Estanguet, le co-président de Paris 2024.

Los Angeles 2024

Cela fait près de 30 ans que les Etats-Unis n'ont pas accueilli les Jeux olympiques, c'était à Atlanta, en 1996. Depuis, les candidatures New York (2012) et Chicago (2016) ont échoué face à Londres puis Rio de Janeiro. Le comité national olympique a ensuite décidé de faire l'impasse sur 2020 pour se concentrer sur 2024 puis, finalement, sur 2028. C'est Boston qui avait été initialement choisie mais devant les réticences des habitants et de la mairie, c'est finalement Los Angeles qui est sélectionnée et déclarée officiellement candidate le 1er septembre 2015.

Déjà hôte des Jeux en 1932 et 1984, Los Angeles a l'expérience de ce type d'événement et compte s'appuyer sur ce savoir-faire. Elle prévoit notamment de moderniser le stade du Coliseum (93 000 places) et de mobiliser d'autres infrastructures d'envergure telles que le Staples Center, le Dodger Stadium ou le Rose Bowl. Le projet américain prévoit par ailleurs un investissement de plus de 3,5 milliards d'euros et des recettes supérieures, qu'elle générerait notamment grâce à de juteux accords sur les droits TV et la billetterie.

Budapest 2024

La ville de Budapest, qui a annoncé le retrait de son projet, était candidate à l'organisation des JO 2024 depuis le mois de juin 2015 et le vote du conseil municipal à une large majorité. Si la capitale hongroise n'a jamais organisé les Jeux olympiques, elle comptait s'appuyer sur des sites qui accueilleront les championnats du monde de judo et de natation en 2017. La candidature hongroise s'appuyait également sur un budget "raisonnable" de 2,4 milliards d'euros. "Si Budapest a les JO, le coût par habitant entre 2017 et 2024 sera équivalent à un verre de bière par mois", avait même déclaré Balasz Furjes, le président du comité de candidature de la ville, il y a quelques mois.

Elle se présentait aussi comme la solution alternative "aux plus gros et aux plus riches". Balasz Furjes avait d'ailleurs déclaré en novembre dernier, devant l'assemblée générale des comités nationaux olympiques : "Nous sommes une candidature alternative, une candidature de moyenne taille qui pourrait envoyer le message que les JO ne sont pas seulement pour les grandes villes mais également pour les villes moyennes". Budapest mettait également en avant un environnement sûr, une manière de se démarquer de Paris, cible et victime de plusieurs attentats ces dernières années. Des arguments qui n'auront finalement pas fait le poids face aux oppositions internes.

Paris / Los Angeles