Les petits et grands drames du Tour de France

Les petits et grands drames du Tour de France L'histoire du Tour de France est faite d'exploits mais aussi d'épisodes douloureux et d'accidents tragiques.

Mark Cavendish, Richie Porte, Geraint Thomas.... Le Tour de France 2017 n'est pas épargné par les chutes spectaculaires et les abandons. Les éditions précédentes de la Grande Boucle ont malheureusement également été le théâtre de drames. Trois coureurs sont même décédés sur la route du Tour depuis la création de l'épreuve : Francisco Cepeda en 1935, Tom Simpson en 1967 et Fabio Casartelli en 1995. La mort a également frappé les spectateurs à plusieurs reprises. Citons par exemple les neuf victimes de Valinde, en 1964, renversés par un camion-citerne, ou encore les jeunes enfants renversés par des véhicules de la caravane publicitaire en 2000 et en 2002...

Les accidents sur le Tour n'ont heureusement pas toujours une issue fatale. Les chutes violentes alimentent également la légende de la Grande Boucle. On pense par exemple à l'arrivée à Armentières, en 1994, où Laurent Jalabert et Wilfried Nelissen, notamment, avaient heurté de plein fouet un policier imprudent lors du sprint d'arrivée, à la glissade de Joseba Beloki dans la descente du col de la Rochette en 2003, à celle de Luis Ocana dans le col de Menté en 1971, ou encore à l'incroyable accident de Johnny Hoogerland, accroché par une voiture de France Télévisions, en 2011. Tous ces épisodes malheureux, tout autant que certaines grandes victoires, ont marqué à jamais l'histoire du Tour de France.

Tour de France