Les statistiques amusantes des pénaltys La science des pénaltys

Avant que ne démarre la Coupe du monde de 2010, la société Castrol s'était penchée sur tous les pénaltys et tirs au but tentés lors des cinq Coupe du monde précédentes. De ces recherches, voici les statistiques les plus étonnantes.

Les gauchers ne réussissent que 50 % de leurs tirs au but, contre 69 % pour les joueurs droitiers.

Les jeunes marquent plus souvent que leurs aînés. Le taux de réussite pour les footballeurs de plus de 28 ans n'est que de 71 %.

Les milieux de terrain ne devraient pas participer aux tirs au but. Ils ne sont que 58 % à convertir leurs frappes.

Les gardiens portant un maillot de couleur rouge n'ont jamais arrêté un seul pénalty. Le vert, en revanche, porte plus chance.

 

Toutes éditions confondues

plusieurs études statistiques se sont penchées sur la 'science' des pénaltys.
Plusieurs études statistiques se sont penchées sur la "science" des pénaltys. © Karaboux / Fotolia

Castrol a étendu son étude à toutes les Coupe du monde disputées avant 2010, c'est-à-dire depuis la première édition en 1950 au Brésil. D'après elle, la pression joue un rôle prédominant dans les chances de réussite du tireur. Ainsi, si l'élimination directe repose sur les épaules d'un joueur, celui ne va transformer son tir que dans 40 % des cas.

A l'inverse, celui qui a la balle de la victoire au bout des pieds ne va trembler que très rarement. Son taux de réussite atteint en effet 92 %.