Petits poucets de la Coupe de France de football Calais ne cale jamais (sauf en finale)

En 2000, la finale de la Coupe de France accueille pour la première fois de sa longue histoire une équipe de quatrième division (CFA), le Calais RUFC.

 

Bordeaux coule à Bollaert

Après s'être offert le scalp de deux clubs de Ligue 2 (Lille et Cannes), les joueurs du Pas-de-Calais affrontent Strasbourg, équipe de l'étage supérieur, en quart de finale. Une victoire plus tard, les Calaisiens deviennent les chouchous du public français.

Les Nordistes livrent ensuite un match d'anthologie contre Bordeaux, engagé en Ligue des champions cette saison-là. Le tableau d'affichage, nul et vierge à la fin du temps réglementaire, s'affole lors des prolongations : quatre buts sont inscrits, dont trois pour les amateurs !

 

Une défaite et une belle image

Calais a ensuite rendez-vous au Stade de France pour faire face aux "Canaris" nantais en finale. Devant 78 000 spectateurs, les hommes de Ladislas Lozano exercent une pression constante sur le porteur de balle. La tactique paie à la 34e minute quand Jérôme Dutitre ouvre la marque. Explosion de joie dans le stade !

Las, les espoirs nordistes seront douchés en seconde mi-temps par Antoine Sibierski et Alain Caveglia, auteurs d'un but chacun. Qu'importe : Calais a fait rêver toute la France et prouvé que le foot amateur avait tout d'un grand. A la fin du match, le capitaine nantais Mickaël Landreau montrera lui aussi l'étendue de sa classe, en invitant son homologue calaisien Réginald Becque à soulever le trophée avec lui.