Matchs truqués en Ligue 2 : quels matchs sont visés ?

Matchs truqués en Ligue 2 : quels matchs sont visés ? Des matchs truqués en Ligue 2 ? La police a des soupçons de corruption sur des rencontres de la saison dernière. Quels matchs sont visés ? Conrad (Nîmes), Dall'Oglio (Dijon) et Fortin (Caen) sont en garde à vue.

Y'a-t-il eu de la corruption et des matchs truqués en Ligue 2 la saison dernière ? C'est ce que soupçonnent les policiers du Service central des course et jeux de la Direction centrale de la police judiciaire, selon une information du journal Le Point. Certains dirigeants du club de Nîmes sont suspectés d'avoir arrangé ou tenté d'arranger certains matchs face notamment à Caen, Dijon et Angers. Ce sont grâce à des écoutes téléphoniques menées dans le cadre de l'affaire du Cercle de jeu Cadet que les enquêteurs seraient tombés sur des conversations entre le président du Nîmes Olympique, Jean-Marc Conrad et Serge Kasparian, actionnaire du club gardois. Dans ces échanges, Kasparian aurait parlé d'arranger des matchs pour faciliter le maintien de Nîmes en Ligue 2 et aurait proposé des sommes d'argent à des dirigeants d'autres équipes.

Les soupçons de matchs truqués porteraient sur plusieurs rencontres dont Dijon-Nîmes (5-1) le 25 avril, Angers-Nîmes (2-3) le 6 mai, et Caen-Nîmes (1-1) le 13 mai, mais aussi des matchs opposant Nîmes à Créteil et au CA Bastia. L'enquête menée par la PJ, qui porte sur des faits de "corruption active ou passive", a débouché ce mardi matin sur une vague d'interpellations, dont l'entraîneur de Dijon, Olivier Dall'Oglio et le président de Caen Jean-François Fortin. Quant à Patrice Garande, l'entraîneur caennais, il devrait être entendu comme simple témoin dans cette affaire, tout comme Xavier Gravelaine, dirigeant de Caen. Serge Kasparian, qui avait déjà été mis en examen dans l'affaire Cadet puis placé en détention provisoire pour"blanchiment en bande organisée, "abus de confiance" et "travail dissimulé" va également être entendu par la police.

La LFP prête à se porter partie civile

Les réactions sur cette affaire se multiplient depuis ce matin. Olivier Pickeu, le directeur sportif d'Angers, club dont le nom a été cité par l'article du Point, a déclaré que "ni le président, ni l'entraîneur ni aucun joueur n'ont été interpellés dans le cadre de cette affaire". Quant au président de Dijon, Olivier Delcourt, il s'est surpris par ces soupçons mais également serein, rappelant que Dijon avait largement battu Nîmes (5-1) lors du match sur lequel porteraient des soupçons. Jean-Pierre Louvel, président de l'UCPF, le syndicat des clubs professionnels a lui appelé à la prudence et a confié : "Je ne peux pas croire, à ce stade, que cela soit possible". Enfin, le président de la Ligue de football professionnel, Frédéric Thiriez, a prévenu qu'il prendrait des sanctions "avec la plus grande fermeté" si les faits devaient être avérés.

Crédit photo : TF1

EN VIDEO - La police soupçonne une série de matchs truqués en Ligue 2.

Article le plus lu - Tariq Ramadan révèle des SMS chocs › Voir les actualités

Annonces Google