Les bagarres générales les plus célèbres Hristo Stoïchkov exclu à vie

La finale de la Coupe de Bulgarie jouée en juin 1985 offre au jeune Hristo Stoïchkov, 19 ans, son premier trophée et sa première controverse.

Jeu de mains, jeu de vilains

La rencontre opposant les deux ennemis de Sofia, le CSKA et le Levski, s'envenime en première période après l'ouverture du score de Georgi Slavkov pour le CSKA, l'attaquant bulgare s'aidant de la main pour tromper la défense (vidéo : l'action litigieuse à 0'50''). Après ce but polémique, la tension ne faiblit pas. Des bagarres éclatent par intermittence, les tacles se font de plus en plus violents, deux cartons rouges sont distribués par l'arbitre, un pénalty généreux est accordé au Levski en fin de match...

 

 

Les coups du "poignard"

Lorsque l'arbitre siffle la fin du match, sous les huées du public, il voit le gardien du Levski se lancer dans un sprint effréné pour venir le bousculer violemment. Dans le tunnel qui mène aux vestiaires, la pagaille se transforme en bataille rangée.

Le régime autoritaire en place en Bulgarie veut marquer les esprits. Cinq joueurs, dont Hristo Stoïchkov, sont bannis à vie ! Certains de leurs coéquipiers, eux, écopent d'une suspension variant entre trois et douze mois, tandis que les entraîneurs en place doivent quitter leurs postes.

La sanction touchant le "poignard", surnom attribué à Stoïchkov, sera réduite à quelques semaines. Sa réputation de bad boy, en revanche, entrera dans l'éternité.