Superstitions de sportifs : les rituels les plus fous

Superstitions de sportifs : les rituels les plus fous Nombreux sont les sportifs qui, par superstition ou par habitude, entretiennent des rituels pour le moins étranges. Voici quelques manies farfelues développées par certains champions avant, pendant ou après un match.

Le sport est le plus souvent une affaire de performance physique et technique mais, au très haut niveau, c'est souvent le mental qui permet aux champions de faire la différence. Et pour se mettre dans les meilleures conditions psychologiques possibles, certains d'entre eux se rattachent à de véritables superstitions, du moins à des comportements assez irrationnels, il faut bien le dire. Numéro porte-bonheur, objet fétiche, rituels obsessionnels... Autant de tics et de tocs qui permettent à ces athlètes de se fabriquer des repères et d'installer dans une sorte de routine censée les aider à être performants au moment de la compétition.

Au premier rang des superstitieux, ou en tout cas des plus démonstratifs : Rafael Nadal. Il faut dire que les tics du tennisman espagnol (placement de ses bouteilles d'eau au millimètre, chaussettes remontées au même niveau, ajustement de son bandeau et de son short) ne passent pas inaperçues, en particulier à Roland Garros où le Majorquin a joué des dizaines de matchs devant de nombreux spectateurs et téléspectateurs. Ses collègues tennismen ne sont toutefois pas en reste : Roger Federer est accro au chiffre 8, Richard Gasquet est un obsessionnel des balles et des serviettes... Chez les footballeurs, difficile de ne pas évoquer le slip fétiche de Basile Boli, le rituel des poignées de sel de Luis Fernandez ou encore l'urinoir préféré de John Terry ! Retrouvez, en cliquant sur l'image ci-dessus, notre top 30 des superstitions les folles des sportifs.

Roger Federer / Rafael Nadal

Annonces Google