Casque de vélo : les conseils pour bien choisir

Casque de vélo : les conseils pour bien choisir Parce qu'un casque peut sauver la vie, il convient de bien se renseigner avant d'en choisir un pour ses virées à vélo. Voici quelques conseils précieux avant l'achat et pour un usage adéquat.

Le critère le plus important lors de l'achat d'un casque est la taille du modèle. Afin de maximiser la protection permise par les matériaux plastiques du casque (moule en polystyrène à l'intérieur, PVC à l'extérieur), il faut que ce dernier soit ni trop grand, ni trop petit. Cette taille dépend du tour de tête, une donnée que l'on mesure à l'aide d'un mètre ruban. Prenez garde de placer le ruban 2 cm environ au-dessus des sourcils pour le front, et au niveau le plus bombé à l'arrière du crâne, pour obtenir la mesure la plus juste. On distingue plusieurs tailles qui varient selon les marques et les distributeurs. Il faut donc toujours essayer plusieurs modèles en magasin.

Assurez-vous que le modèle permette une bonne aération, que sa sangle soit confortable et qu'il soit léger. De même, selon l'activité projetée (VTT, VTC, etc.), la forme et les caractéristiques du casque évoluent. Muni d'une visière pour protéger le visage, un casque de VTT est ainsi plus robuste et plus aéré qu'un casque de route. La plupart des modèles sont spécialement conçus pour la pratique d'une discipline, une information précisée en magasin. Enfin, tous les casques doivent présenter le sigle "C.E", pour Conformité Européenne, qui garantit le respect des normes établies pour la commercialisation d'un modèle.

Le prix moyen d'un casque s'établit entre 20 et 100 euros pour un modèle classique. Comptez plus de 200 euros pour les modèles les plus élaborés.

Le bon usage

sport fotolia 21090663 subscription l sergii figurnyi fotolia redim225
Afin d'être efficace, le port du casque doit obéir à quelques consignes : position horizontale, sangle liée en V autour de l'oreille et cou bien enveloppé. © Sergii Figurnyi - Fotolia

Un mauvais réglage de la sangle et une mauvaise position du casque sur le crâne rendent inutile son port. Veillez donc à ce qu'il soit positionné horizontalement pour qu'il ne glisse pas en cas d'accident. De même, la sangle doit être correctement fixée afin de garantir la stabilité du casque sans pour autant compresser la tête. Une astuce : une bonne attache forme un V dont l'angle se situe juste sous l'oreille ; elle enveloppe le cou sans le gêner au niveau de la jugulaire. Pour plus d'aisance, préférez un casque avec une molette de réglage pour une sécurité et un confort optimaux.

La durée de vie d'un casque n'excède pas cinq années. Le moindre accident diminue sa capacité de protection. Il convient donc de le remplacer après une chute, même anodine.

Pas obligatoire mais indispensable

Contrairement aux motards, le port du casque n'est pas obligatoire pour les cyclistes en France. L'INPES (Institut national de prévention et d'éducation pour la santé) estime pourtant que trois quarts des cyclistes qui perdent la vie succombent d'un traumatisme crânien. Dans une étude publiée fin 2009, l'InVS (Institut de veille sanitaire) confirmait ce constat : "Les blessés non casqués lors d'un l'accident ont un sur-risque de gravité par rapport à ceux qui en portent un." Depuis le début des années 2000, l'INPES tente de généraliser le port du casque à travers sa campagne "Le port du casque à vélo : c'est pas obligatoire, c'est juste indispensable".

Et aussi

Vélo

Annonces Google