Corticoïdes [RUGBY] : un produit pas forcément synonyme de dopage

CORTICOIDE - Des traces de corticoïdes ont été décelées dans les urines de plusieurs rugbymen du Racing 92 lors de la dernière finale du Top 14, selon L'Equipe. Dopage ou simple traitement autorisé ? Explications.

[Mis à jour le 7 octobre 2016 à 14h01] Le journal L'Equipe révèle ce vendredi 7 octobre 2016 que des traces de corticoïdes auraient été retrouvées dans les urines de Dan Carter, Joe Rokocoko et Juan Imhoff, trois joueurs du club de rugby du Racing 92, lors de la dernière finale du Top 14, remportée par le club parisien (29-21) face à Toulon. S'agit-il une affaire de dopage ? Non, pas nécessairement. Ces produits sont interdits en compétition sauf si une autorisation à usage thérapeutique (AUT) est accordée. C'est justement cette AUT qui pose question aujourd'hui. Le quotidien sportif affirme dans ses colonnes que les trois rugbymen ne disposaient pas de cette autorisation tandis que Simon Porter, agent de Carter et Rokocoko, explique ce matin sur lequipe.fr, que ses deux protégés, qui revenaient de blessure, étaient bien sous traitement et avaient procédé aux démarches pour obtenir la fameuse AUT. "A notre connaissance et au vu des assurances qu'on nous a données, tous les documents relatifs aux AUT étaient transmis, précise-t-il.

Rappelons que la particularité d'un produit corticoïde est de posséder des propriétés anti-inflammatoires. Les textes disent que leur usage par voie orale, intraveineuse, intramusculaire ou rectale est interdite en compétition et que seules les administrations par voie "intra-articulaire, péri-articulaire, péri-tendineuse, épidurale, cutanée et inhalée" sont autorisées. Si l'usage interdit est avéré et non justifié, les joueurs s'exposent à une suspension dont la durée peut varier. Si un sportif dispose d'un traitement par corticoïdes, deux cas de figure se présenetent : en cas d'usage par voie autorisée, il doit déclarer le traitement à sa Fédération et fournir une ordonnace en cas de contrôle antidopage ; en cas d'usage par voie interdite, il doit demander une autorisation à usage thérapeutique (AUT) auprès de l'Agence de française de lutte contre le dopage et attendre son accord pour pouvoir participer à une compétition.

EN VIDEO - Dan Carter est arrivé au Racing en nvembre 2015 :

Article le plus lu : Qui sera président(e) de l'Assemblée ? : voir les actualités

Autour du même sujet