L'Internaute Magazine a rencontré Christophe Dominici, lors de la sortie de son ouvrage "Bleu à l'âme". L'occasion d'évoquer son livre mais aussi la Coupe du monde qui se profile.


Son livre "Bleu à l'âme"

 

L'Internaute Magazine : Que racontez-vous dans votre ouvrage ?

Christophe Dominici
 
La couverture de "Bleu à l'âme"
 

Christophe Dominici : Une partie de ma vie : mon adolescence, la mort prématurée de ma sœur (ndlr, celle-ci est décédée à 24 ans, alors que Christophe Dominici en avait 14), ce que m'a apporté le rugby, les rencontres que le sport m'a permis de faire, mes relations avec mon ex-femme... Mais aussi de ma carrière bien sûr.

 

Vous évoquez effectivement largement le décès de votre sœur. Cela a été un événement essentiel dans votre vie.

Je parle beaucoup de ma sœur parce que c'était elle qui m'élevait. Mes parents travaillaient énormément, n'étaient pas là. Donc, quand elle est morte, j'ai perdu plus qu'une sœur, j'ai perdu une mère qui me permettait d'avancer tous les jours. J'ai essayé d'aborder cet épisode de ma vie avec le plus de recul, de respect et d'humilité possible. Parler de ses parents, de sa sœur, de Max Guazzini, de Bernard Laporte... ce n'est pas forcément facile. En tout cas, peut-être que si je n'avais pas connu ce drame, je n'aurais jamais joué au rugby.

 

Pourquoi ce livre ? Et pourquoi maintenant ?

Quand on sort un livre et que l'on se confie, il faut sentir le moment, la rencontre. J'ai co-écrit ce livre avec Dominique Bonnot. Je ne le connaissais pas, mais dès notre première conversation, ça a collé.
Et puis j'ai vécu 17 ans sans le rugby, 17 ans avec. Il y a une Coupe du monde qui se profile. Je pense que selon le dénouement de la compétition, le bouquin aurait eu une autre saveur. Il aurait peut-être entièrement tourné autour de la Coupe du monde alors que ce n'était pas le but. Le but c'était de sortir quelque chose de fort, de vrai, de remettre les choses au clair par rapport à certaines personnes, d'essayer de dire aux gens (du moins de leur écrire) que je les aimais, qu'ils ont été importants pour moi.

 

Que souhaitez-vous que les gens retiennent de ce livre ?

Je crois que "Bleu à l'âme" est fait d'émotions. L'un des enseignements, c'est qu'avec du courage, de l'envie et de la détermination, on peut réaliser de grandes choses. Même quand on est petit et pas forcément costaud, qu'on n'a pas une carrière pré-destinée. J'ai connu beaucoup d'éducateurs et de gens dans mon entourage qui disaient "Il n'y arrivera jamais, il est trop petit, il est pas assez professionnel..." J'ai essayé de démontrer qu'on peut y arriver.

 

En savoir plus Acheter "Bleu à l'âme" dans les librairies du net



Magazine Sport Envoyer Imprimer Haut de page
Votre avis sur cette publicité

Sondage

Face au scandale de dopage, faut-il boycotter la Coupe du monde de football 2018 en Russie ?

Tous les sondages