Censure, pressions... Quand la télévision fait les frais de tensions politiques

© SYSPEO/SIPA
L'élection présidentielle est propice à de nombreuses tensions dans les médias. Retour sur les rumeurs de censure à la télévision et à la radio. Le 26 avril dernier, Pierre-Emmanuel Barré a proposé une chronique sur Facebook, dans laquelle il défend l'abstentionnisme. Celle-ci devait normalement être diffusée dans l'émission "La Bande Originale" de France Inter, présentée par Nagui. Le chroniqueur a expliqué en avoir été empêché et a démissionné. "Quand on me demande de ne pas faire une chronique, je démissionne. Je n'aime pas être censuré". La directrice Laurence Bloch a expliqué au Parisien qu'il était "dommage de démissionner dans la presse". De son côté, Nagui nie toute censure : "Mais non, ce n'est pas de la censure, surtout par rapport à la vraie censure qui risque d'arriver si Le Pen passe [...] L'avenir de nos enfants se joue à très peu de choses. Alors, vraiment, encourager l'abstention, ça me paraît irresponsable."