France 4 supprimée : quelle date pour la fin du direct de la chaîne ?

France 4 supprimée : quelle date pour la fin du direct de la chaîne ? FRANCE 4 - Suite à une conférence de presse de la ministre de la Culture, on apprend que France 4 va arrêter d'émettre sur le canal 14 de la TNT. On vous explique quand cela arrivera et où France 4 va continuer à émettre.

France 4 va faire prochainement ses adieux au canal 14 de la TNT. Françoise Nyssen, la ministre de la Culture et de la Communication, a animé une conférence de presse le 4 juin dans laquelle elle a expliqué aux journalistes les grandes lignes de la réforme de l'audiovisuel public qu'elle souhaite mettre en marche. Dans ce cadre, le ministère souhaite que France 4 cesse d'émettre sur son canal hertzien pour se consacrer à une offre numérique. France 4 ne va donc pas mourrir, son contenu sera toutefois disponible uniquement sur internet, via ordinateur ou appareils mobiles.

Pour l'heure, le calendrier de la réforme n'a pas encore été clarifié mais le vote devrait avoir lieu d'ici la fin d'année. On suppose donc que son application, et donc la coupure du signal de France 4 sur le canal 14 ne devrait avoir lieu qu'au courant de l'année 2019. Françoise Nyssen n'a toutefois pas précisé le calendrier de la réforme. Il ne s'agit donc, à ce stade, que de pures conjectures. Rappelons cependant que France 4 ne s'arrêtera pas pour autant puisque les contenus de la chaîne se retrouveront sur une plate-forme numérique globale.

Pour rappel, France 4 émet sur le canal 14 de la TNT avec pour but de s'adresser particulièrement à la jeunesse et aux jeunes adultes. Elle a ainsi diffusé des séries comme Hero Corp, Doctor Who ou encore Black Mirror. En période d'événements sportifs, la chaîne est également mise à contribution dans les dispositifs de France Télévisions autour notamment des Jeux Olympiques d'hiver comme d'été mais aussi pendant le tournoi de Roland Garros. A noter que, depuis quelques années, la part d'audience moyenne à l'année de France 4 s'est calée en deçà des 2%. Pour Françoise Nyssen, la suppression de France 4 doit pouvoir permettre à France Télévisions de miser sur "un nouveau média générationnel […] à destination des 15-30 ans."

Transformer l'offre pour un "média global"

Dans la conférence de presse du 4 juin 2018, la ministre de la Culture Françoise Nyssen a détaillé sa volonté de réforme de l'audiovisuel public. Ecartant les questions concernant la gouvernance du service public audiovisuel, la ministre a expliqué que la "transformation de l'offre [est une] priorité." L'objectif assumé est de créer un "média global à destination universelle" tout en mentionnant clairement la cible que France Télévisions doit apprendre à capter correctement : les jeunes. Pour le ministère, le constat est clair : "un tiers de la population [les jeunes, ndlr] n'est pas là." Il faut donc apprendre à les attirer à travers de nouveaux usages.

Françoise Nyssen a également décrit ce futur média comme d'un "média engagé pour les citoyens, pour les valeurs de la République [...] un média qui parle à tous et de tous". La ministre de la Culture et de la Communication a affirmé son soutien à Delphine Ernotte, qui a engagé une transformation dans les visages des antennes de France Télévision. Elle souhaite poursuivre dans cette voie pour que la diversité de la France soit représentées sur les antennes de l'audiovisuel public.

Les forces de France 3 et France Bleu bientôt combinées

Au-delà du destin de France 4, Françoise Nyssen a également évoqué le futur des autres antennes du service public comme France 3 et France Ô. A l'avenir, la Trois devra se recentrer sur sa mission de proximité dans les régions. La ministre veut donner "davantage la parole aux territoires". Dans ce cadre, les antennes de France Bleu et de France 3 vont être amenées à combiner leurs forces. A l'heure actuelle, France 3 ne propose que deux heures de décrochage régional par jour. "Ça doit être multiplié par trois" propose la ministre de la Culture. A terme, France 3 devrait donc proposer six heures de programmes régionaux chaque jour.

Cette combinaison des deux antennes n'interviendra pour le moment que dans des tests dès la rentrée prochaine. Comme l'a annoncé Françoise Nyssen, "deux villes françaises se réveilleront bientôt avec une matinale commune de France Bleu et France 3." Delphine Ernotte, qui a pris la parole peu après la ministre, a tenu à rassurer sur l'organisation de ces futures matinales : "à la radio on fera de la radio, à la télé on fera de la télé. Et ensemble, on fera le numérique." Le modèle de ces matinales communes devrait donc être calqué sur le système de Franceinfo.

L'avenir de France Ô en question

Dans son discours transmis à l'AFP, la ministre de la Culture ne tranche pas le destin de France Ô, la chaîne dédiée à la France d'outre-mer. "Il faudra interroger nos concitoyens d'outre-mer et leurs élus pour déterminer si l'avenir est au maintien de France Ô sur le canal hertzien ou au contraire au renforcement des offres numériques des Outre-Mer Premières." Vous l'aurez compris, il n'est pas encore question de supprimer France Ô de l'offre de France Télévisions même si, à l'issue de la consultation évoquée par Françoise Nyssen, la chaîne pourrait être amenée à disparaître.

Françoise Nyssen l'a confirmé durant la conférence de presse d'annonce de la réforme de l'audiovisuel public, il faudra, plus tard, "déterminer si l'avenir est au maintien de France Ô sur le canal hertzien ou au contraire au renforcement des offres numériques des Outre-Mer Premières." Dans l'absolu, France Ô pourrait donc bientôt rejoindre France 4 au rang des chaînes du groupe France Télévisions qui ne sont plus disponible sur les canaux hertziens traditionnels.

Franceinfo pourrait récupérer le canal 14

Alors que France 4 sera amenée prochainement à abandonner son canal 14 après la réforme de l'audiovisuel public qui devrait être votée d'ici la fin de l'année, se pose la question de la chaîne qui récupérera ce canal de la TNT. Sur Franceinfo, la chaîne d'information en continu nouvellement créée par France Télévisions, on se prend à rêver. En effet, les deux concurrentes BFMTV et CNews sont toutes deux diffusées sur les canaux 15 et 16 tandis que Franceinfo émet sur le canal 27. Notons toutefois que rien n'est fait puisque la mise à disposition d'un canal laissé vacant doit répondre à un appel d'offre et il n'est pas encore dit que France Télévisions souhaite se battre pour récupérer le canal 14.

Des budgets importants dans l'audiovisuel public

Si le ministère de la Culture s'intéresse tant à l'audiovisuel public, c'est pour une raison simple : ses budgets sont importants. Le mastodonte France Télévisions emploie 9840 salariés à temps plein (sans compter les CDD) pour un budget annuel de 2,92 milliards d'euros. Pour rappel, France Télévisions c'est France 2, France 3, France 4, France 5, France Ô et Franceinfo. Le groupe Radio France emploie pour sa part 4613 salariés pour un budget annuel de 683 millions d'euros. Radio France détient plusieurs antennes : FIP, France Bleu, France Culture, France Info, France Inter, France Musique et Mouv'. Arte, co-financée par l'audiovisuel public français, emploie 240 personnes avec un budget de 274 millions d'euros. C'est sans compter France Média Mondes, ses 1800 salariés et ses 251 millions d'euros de budget annuel ainsi que TV5 Monde, qui emploie pour sa part 400 salariés pour un budget annuel de 116 millions d'euros.

Si Françoise Nyssen, la ministre de la Culture et de la Communication, a évoqué de futures demandes d'économies à l'audiovisuel public, elle n'a toutefois pas chiffré le montant des économies qu'elle souhaite imposer à France Télévisions et Radio France. De plus, l'épineuse question de la gouvernance de l'audiovisuel français (nommée par l'exécutif à l'heure actuelle) n'a pas été évoquée outre mesure. Le ministère préfère se concentrer sur le contenu de l'offre publique télévisée et radiophonique. Elle promet toutefois que la gouvernance de l'audiovisuel fait partie des chantiers de l'an prochain.

A noter que Françoise Nyssen a toutefois rappelé son engagement pour la création au sein de l'audiovisuel public français. S'il y aura bien des économies qui seront demandées à France Télévisions, elles ne concerneront pas le budget de la création. La ministre a confirmé que "le budget de 560 millions d'euros est sanctuarisé." L'objectif est en effet de continuer à proposer des fictions et films originaux à l'antenne. La ministre de la Culture a toutefois rappelé qu'il fallait bousculer les formats habituels et les conventions.

Article le plus lu : Bac 2018 : les sujets tombés, les sujets probables : voir les actualités

Annonces Google