www.linternaute.com Paris
L'Internaute > Paris >
En images > Paris souterrain : les dessous de Paris
Précédente

En savoir plus sur les refuges souterrains

Suivante

Guerres et Révolution
Les carrières souterraines accueillirent de nombreux fugitifs pendant la Révolution. Ainsi, Marat s'y réfugia quinze jours avant d'être découvert et arrêté. On utilisa aussi les carrières comme prisons : les sans-culottes transformèrent les sous-sols du couvent des Carmes en geôle. Lors de la guerre de 1870, on décida de murer les galeries pour éviter une intrusion des soldats allemands, et le personnel de l'Inspection des carrières fut mobilisé. Au cours des journées sanglantes de la Commune, plusieurs carrières parisiennes furent transformées en charnier.

L'enceinte de Thiers
Cette enceinte de 33 kilomètres, familièrement désignée par le terme des "fortif", était aussi traversée par des liaisons souterraines qui la faisaient communiquer avec l'extérieur.

 

Défense passive
Dès la Première guerre mondiale, la montée des périls incita les pouvoirs publics à aménager des abris souterrains pour protéger la population et garantir le fonctionnement des grands services. Pour cela, 350 abris furent aménagés sous les bâtiments de différentes administrations ou services publics. Pour la population, 28 stations de métro furent prévues pour accueillir 250 000 personnes.

 
Carrières du
Pecq
4. Refuges
souterrains
Abris
souterrains
Bunker
Gare de l'Est
5. Caves et
cryptes
L'abbaye
d'Ourscamp
La crypte
Saint-Sulpice
PrécédenteEn savoir plusSuivante
31 Photos : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15
16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31
Magazine Paris
Envoyer|Imprimer
Haut de page
 
Diaporama | Galerie-Photos | Fonds d'écran | Cartes postales