Partager cet article

RSS
Mis à jour le 

Art Nouveau de Bruxelles

Art Nouveau de Bruxelles Photo : Bing Maps

Un voyage à : Art Nouveau de Bruxelles

Art Nouveau de Bruxelles sur nos forums
Sur les traces d'Horta et de ses disciples
A la fin du XIXe siècle, la Belgique fut l'un des premiers pays à explorer le style architectural Art nouveau. Celui-ci a émergé en opposition au style en vogue à cette époque : le style néo-classique. Victor Horta est unanimement considéré comme le chef de file des architectes belges de l'Art nouveau, avec à ses côtés le célèbre Paul Hankar. Les premières manifestations de l'Art nouveau à Bruxelles sont l'hôtel Tassel (1893), construit par Victor Horta, et la maison personnelle de Paul Hankar (1893).

Le style Art nouveau se caractérise par de nouvelles formes, des lignes décoratives sinueuses. Avec le temps, l'Art nouveau s'est toutefois tourné vers des formes plus géométriques. Cette architecture mélange également les matériaux anciens (pierre, bois) et nouveaux (béton, acier). L'acier, par exemple, offre de nouvelles possibilités aux architectes, permettant d'agrandir les ouvertures pour laisser entrer plus de lumière. L'ensemble des éléments de construction est agencé pour former une composition harmonieuse.

A Bruxelles, les architectes ont pu exprimer leur créativité sur les nouveaux chantiers engendrés par les travaux de réaménagement de la ville, lancés à l'initiative de Léopold II. De nouveaux quartiers périphériques de la ville se sont ainsi développés, et les riches Bruxellois qui y construisaient leurs maisons firent notamment appel aux architectes du courant Art nouveau. Ce fut en particulier le cas à Saint-Gilles, où vous pourrez voir quelques exemples de constructions Art nouveau en suivant notre parcours décrit ci-dessous.

Mais les architectes de l'Art nouveau furent également sollicités pour la construction de bâtiments destinés à accueillir le public, comme les anciens magasins Waucquez (Horta), dont les bâtiments abritent aujourd'hui le Centre Belge de la Bande Dessinée. Le nombre de ces monuments et la qualité de leur architecture font de Bruxelles l'un des hauts lieux de l'Art nouveau.

Parcours dans les rues de Saint-Gilles
Il est préférable de vous rendre à Saint-Gilles par les transports en commun, car ce quartier est assez éloigné du centre ville de Bruxelles. A partir de l'arrêt de métro Louise (ligne 2), prenez la ligne de bus 92, en direction de Fort-Jaco ou la ligne 97, en direction de Stalle. Dans les deux cas, arrêtez-vous à la station Janson.

Ce parcours de deux heures sur les traces de l'Art nouveau à Saint-Gilles couvre une zone géographique très réduite, où se concentrent de nombreux exemples de maisons appartenant à ce style architectural.

Depuis l'arrêt de bus Janson, descendez la chaussée de Charleroi vers le Sud et engagez-vous dans la rue Américaine sur la gauche.

Votre première halte se trouve un peu plus loin aux numéros 23-25 de la rue Américaine : le musée Horta (1898-1901). Il s'agit de l'ancienne maison personnelle et de l'atelier de Victor Horta, réalisés par l'architecte lui-même. Cette maison est une illustration parfaite du style Art nouveau à l'intérieur comme à l'extérieur, une oeuvre totale. Une visite incontournable dans le cadre de ce parcours !

Descendez la rue Américaine vers l'Est et tournez à gauche dans la rue Africaine.

Poursuivez jusqu'au numéro 92 de la rue Africaine, situé sur le côté gauche. Cette maison particulière fut construite par l'architecte Benjamin De Lestré-De Fabribeckers en 1905. Cette façade se caractérise par ses nombreuses formes géométriques.

Poursuivez jusqu'à la rue de l'Amazone, dans laquelle vous vous engagez vers la gauche. Tournez à droite dans la rue de Defacqz.

Au numéro 71 de la rue Defacqz, vous découvrez la très belle maison personnelle (1893) de l'architecte Paul Hankar, qui fut l'une des premières manifestations de l'Art nouveau à Bruxelles. Les sgraffites situés juste en dessous du toit représentent le matin, le jour, le soir et la nuit. D'autres ornements polychromes viennent agrémenter cette façade, comme sur le bow-window et au-dessus de la petite fenêtre de droite.

Plus loin sur la droite dans cette même rue Defacqz, au numéro 48, vous pourrez voir la maison du peintre Albert Ciamberlani, réalisée en 1897 par Paul Hankar. Cette façade très originale illustre l'appartenance d'Hankar à la tendance géométrique de l'Art nouveau. Le travail des ferronneries du balcon est caractéristique de l'oeuvre de l'architecte. Les sgraffites au-dessus des grandes fenêtres rondes représentent les trois âges de la vie. Juste à côté, la maison du n°50 (1898) fut également construite par l'architecte Paul Hankar, pour le peintre René Janssens.

Poursuivez dans la rue Defacqz et tournez à gauche dans la rue Faider.

La maison du n° 83 de la rue Faider fut construite en 1900 par l'architecte Albert Rosenboom, élève de Victor Horta. Le travail de ferronnerie du balcon, qui épouse la forme du bow-window, est particulièrement admirable. Remarquez également le superbe sgraffite qui encadre la fenêtre supérieure. Au rez-de-chaussée, vous pourrez voir un grattoir dont les formes sinueuses sont caractéristiques de l'Art nouveau. La maison juste à côté, au n°85, fut construite la même année par le même architecte.

Plus loin dans la rue Faider, au n°10, vous découvrez une maison construite en 1882 par l'architecte Octave van Rysselberghe pour le sénateur Goblet d'Alviella. La rigueur des lignes de cette demeure la distingue nettement des autres maisons de ce parcours. Cette construction est un mélange d'architecture antique et italianisante.

Revenez sur vos pas et engagez-vous vers la gauche dans la rue de Florence. Rendez-vous au n°48 de la rue de Livourne, que vous croiserez en chemin.

L'hôtel Otlet, situé au carrefour de la rue de Livourne et de la rue de Florence, fut construit de 1894 à 1898 par l'architecte Octave Van Rysselberghe. Cette imposante maison, qui appartenait au sociologue belge Paul Otlet, contraste avec la construction du même architecte découverte précédemment. L'architecte a abandonné sa rigueur pour donner à cette maison des lignes plus courbes. L'influence de l'Art nouveau se ressent ici plus dans les proportions de la maison que dans sa décoration, quasiment inexistante.

Descendez la rue de Livourne vers le Sud et engagez-vous dans la rue Paul-Emile Janson sur votre gauche.

Au n°6, vous découvrez le superbe hôtel Tassel, construit en 1893-1894 par Victor Horta. Cette construction fut la première réalisation Art nouveau de l'architecte. Les innovations apportées par cette réalisation sont les courbes de la façade ainsi que la large place ménagée pour les fenêtres. Les autres nouveautés concernent l'intérieur de la maison, que l'architecte a cherché à rendre le plus lumineux possible. Comme vous ne pouvez malheureusement pas visiter l'hôtel Tassel, vous trouverez plus d'informations sur cette construction en visitant le musée Horta.

Continuez la rue Paul-Emile Janson jusqu'à l'avenue Louise, dans laquelle vous vous engagerez sur votre droite. Sur le côté gauche de cette avenue, au n°224, vous découvrez l'hôtel Solvay.

L'hôtel Solvay fut réalisé de 1894 à 1903 par Victor Horta pour le riche industriel Armand Solvay. Il est considéré comme l'une des réalisations les plus remarquables de l'architecte. Ce dernier a pu laisser s'exprimer son imagination pour cette construction, car il disposait d'un budget illimité. On retrouve l'utilisation de matériaux chers à l'architecte : la pierre, le fer et le verre, ainsi que la préférence pour les formes courbes, comme pour la ferronnerie de la belle porte d'entrée.

Partir à : Art Nouveau de Bruxelles

Carte Art Nouveau de Bruxelles

Latitude : 50.83 - Longitude : 4.35

Réserver vos vacances

Recherche d'hôtel

Ville

Arrivée

Départ

Booking.com

Magazine