Partager cet article

RSS
 
L'Internaute > Voyager >
Compostelle
 DESTINATION  
Septembre 2004

Les quatre grands chemins de Compostelle

En 2004 on célébrait le jubilé du pèlerinage à Saint-Jacques de Compostelle ; voici une brève présentation de ses principaux itinéraires en France.
Envoyer à un ami | Imprimer cet article
  Diaporama
  Historique
  Préparation
  Témoignages
  Les 4 voies
  Conseils
  Sommaire

Naissance des Chemins de Compostelle
En 1140, un moine poitevin, Aymeric Picaud, trace les premiers itinéraires pour Saint-Jacques de Compostelle dans le Codex Calixtinus. Dès lors, les Chrétiens venus des quatre coins de l'Europe, de l'Oural, à la Scandinavie, passeront par la France pour traverser les Pyrénées et se rendre au lieu sacré. Les quatre chemins historiques définis au XIIe siècle sont, de nos jours encore, empruntés par les pèlerins.

La "via Turonensis", dite voie de Tours
D'une longueur de 1448 km, elle part de la tour Saint-Jacques à Paris. Les pèlerins de Scandinavie et d'Europe du Nord l'empruntent pour se rendre en Espagne. Cette voie se distingue par son terrain peu accidenté, et peut se pratiquer aisément à vélo, à la découverte de la Touraine, des églises romanes du Poitou, du Bordelais ou des Landes. Si on l'emprunte dans sa totalité, il faut marcher 62 jours avant d'atteindre Compostelle.

-La "via Lemovicensis", dite voie de Vézelay
Ce chemin long de 1691 km part de la basilique de Vézelay et passe par Saint-Léonard-de-Noblat et Limoges. Elle était autrefois très fréquentée par les pèlerins venus d'Allemagne, de Hollande, de Belgique et de l'Est de la France.On y croise de nombreux sanctuaires, dont ceux de Sainte-Madeleine de Vézelay, Saint-Martial de Limoges ou Saint-Léonard de Noblat ; son parcours représente environs 70 jours de marche.

La "via Podensis", dite voie du Puy-en-Velay
C'est la plus ancienne des routes qui mènent à Compostelle. D'une longueur de 1530 km, elle part du Puy-en-Velay et fut inaugurée en 951 par Godelsac, évêque de la commune. Elle est en fait un prolongement d'une voie d'Europe centrale, l'Oberstrasse ( "la route haute"). De nombreux pèlerins venus de Pologne, de Hongrie, d'Allemagne, d'Autriche et de Suisse l'utilisaient. Elle passe par des hauts lieux du pèlerinage : les sanctuaires de Conques, de Moissac, de Rocamadour et Roncesvalles, et reste aujourd'hui la voie la plus fréquentée. C'est par conséquent sur ce chemin que l'hébergement est le plus dense. Comme pour la voie Turonensis elle nécessite 62 jours de marche.

La "via Tolosana", dite voie d'Arles

SOMMAIRE
  Historique
  Préparation
  Témoignages
  Bons plans
  DIAPORAMA

Ce chemin part d'Arles et passe par le portail roman de Saint-Gilles-du-Gard et Toulouse. Il était autrefois fréquenté par les pèlerins originaires de Bavière, de Hongrie et d'Italie, en particulier les 'Romieux", en provenance de Rome. Des villes parmi les plus anciennement civilisées depuis l'antiquité romaine y sont situées, d'où la forte présence de vestiges de cette culture. Son point de départ est à 1588 km de Compostelle, soit à 62 jours à pieds.

Les trois premières voies se réunissent au pays Basque, à Ostabat. La via Tolosana les rejoint ensuite à Puente la Reina, en Navarre espagnole, pour former le Camino Francés, unique voie vers Santiago. Leur itinéraire est ponctué de statues de Saint-Jacques et de nombreux édifices religieux qui contribuent à la richesse culturelle du pèlerinage ; l'ensemble des chemins de Compostelle en France a d'ailleurs été classé au patrimoine mondial de l'humanité par l'Unesco en 1998.

En savoir plus
Carte interactive de L'Internaute : ici

 
 [Rédaction, L'Internaute]
 
Magazine Voyager
Envoyer | Imprimer
Haut de page
 
 
newsletter
Voyager Voir un exemple
L'Internaute Voir un exemple
Week-end Voir un exemple
Toutes nos newsletters