Voyage en chiens de traineaux au Petit Canada

Ambiance grand Nord canadien et attelage de chiens, l’Aventure est à portée de main. La preuve : rencontre avec Florence Bouvier une spécialiste de l’aventure atypique pour tous.


Ambiance grand Nord canadien et attelage de chiens, l’Aventure est à portée de main. La preuve : rencontre avec Florence Bouvier une spécialiste de l’aventure atypique pour tous.

Non, ce reportage-là n’est pas issu d’un périple en Laponie ou dans le grand Nord Canadien. Il est à votre portée, là, tout près de vous… En France, du côté du massif Alpin. Si, comme beaucoup de gens, vous êtes attiré par les beaux yeux des chiens d’attelage, dont le plus connu est le Husky d’Alaska, mais qui n’est pas le seul puisque l’on peut rencontrer aussi le Malamute, le Groenlandais, le Samoyède, le sibérien Husky ou autres croisements…

Si, comme beaucoup, vous êtes fasciné par la Grande Odyssée qui rassemble les meilleurs mushers de la planète, donnant lieu à des images spectaculaires…

Cette invitation au voyage va vous plaire, puisque je vous propose aujourd’hui, de rencontrer une personne tout aussi fascinée que vous et qui a fait en sorte, à travers son association, de rendre l’aventure possible pour chacun. 









Le chien de traineaux fait rêver les touristes. Entre mythe et réalité, les épopées à travers les grands espaces blancs et froids, les récits à la façon de Nicolas Vannier..... Alimentent ces rêves.   

Est-ce cet appel sauvage dont parlait Jack London dans ses romans, qui attire petits et grands de la sorte?

Est-ce le chien, fidèle amis de l'homme depuis des temps immémoriaux et qui ici, l'accompagne dans des conditions parfois extrêmes, à travers des paysages époustouflants, pour accomplir d'importantes missions?

Est-ce cette liberté avec laquelle l'homme et le chien collaborent pour avancer qui intrigue ?

Est-ce l'Aventure qui entoure le musher et ses chiens qui fait si envie ?

Dans l'inconscient collectif, rares sont ceux qui n'ont pas envie de goûter à ne serait-ce qu'une petite part de ce rêve, en se glissant dans un traineau qui sera tiré par des chiens travailleurs, heureux de courir de conserve dans la neige poudreuse encore vierge de toute intrusion.

Ce rêve est accessible, sans pour autant partir dans le grand nord, ni affronter dangers et  températures négatives dont on n’a pas idée. Comment?

Réponse avec l'Interview de Florence Bouvier, responsable de TERRes d’hIsTOIREs :









(ici aux côtés de Thibault, l'un des mushers avec lesquels elle travaille)

Nathalie Damide-Baldji : Bonjour Florence Bouvier. Vous êtes une professionnelle du tourisme depuis plus de 20 ans, mais vous avez décidé d'exercer ce métier qui vous passionne d'une manière bien à vous... Vous nous expliquez votre vision des choses ?

Florence Bouvier : Bonjour. Oui en effet j'ai fait certains choix parce que je ne peux concevoir mon métier sans passion, sans dimension humaine forte et sans respect. Ce qui implique que clairement le tourisme de masse ne m'intéresse pas et que mon but est d'offrir aux visiteurs autre chose. Sortir des sentiers battus, découvrir un territoire autrement, rencontrer des figures locales. Bref proposer un tourisme atypique, voilà ce qui est clairement au cœur de mes préoccupations. Faire ce que font déjà les autres n'a aucun intérêt.

Nathalie Damide-Baldji : Vous avez créé l'association loi 1901 TERRes d’hIsTOIREs. Pourquoi ce nom, quel est son but?

Florence Bouvier : Cette association a un nom qui lui non plus n'a pas été choisi au hasard. Puisqu'il s'agit de faire découvrir des territoires, de raconter leurs histoires à travers leurs richesses naturelles, patrimoniales, historiques etc. ... Terres d'Histoires est un nom qui résume parfaitement bien tout cela, et le pluriel a toute son importance. Par ailleurs, dans la manière de l'écrire: TERRes d’hIsTOIRES, les majuscules forment le mot Territoire, qui est la base sur laquelle je m'appuie pour élaborer des circuits, des ateliers découvertes, des balades. L'association a pour objectif de mettre à la portée de chacun, un tourisme de qualité proposé sous un angle inédit, à travers des activités exclusives et toujours dans un souci de tourisme éco responsable. L'association est pour moi un outil précieux pour valoriser le potentiel du territoire sur lequel elle œuvre. En l'occurrence la Vendée sur laquelle le siège est installé et sur l'Antenne Savoyarde.

Nathalie Damide-Baldji : Pourquoi la Vendée et la Savoie?

Florence Bouvier : L'association est encore récente, et même si elle a vocation à être très mobile ou en tout cas à ne pas s'imposer de frontières, dans un premier temps étant moi-même savoyarde d'origine, il était très naturel pour moi de me pencher sur ce qui se passe dans nos montagnes pré alpines et alpines, notamment l'hiver. Il y a tant de choses à découvrir en dehors des clichés habituels. Ensuite, en ce qui concerne la Vendée.... je suis tout simplement tombée amoureuse de cette région il y a quelques années en arrière et je me suis très vite  passionnée pour ses gestes d'antan, son marais Breton Vendéen, sa nature sauvage.

 

Nathalie Damide-Baldji : Parlons donc de l'hiver. Vous avez mis au point une activité chiens de traineaux, jusque-là, cela n'a rien de très original?

 Florence Bouvier : Dans l'absolu non, en effet, puisque c'est une activité très prisée l'hiver qui se pratique à différents endroits en stations de ski en France et ailleurs. Mais comme toujours, l'objectif étant de ne pas faire comme tout le monde, l'activité que j'ai mise en place pour cet hiver et qui est toute nouvelle, consiste à proposer des baptêmes comme personne n'en propose.

D'abord parce que le parcours proposé est une exclusivité TERRes d’hIsTOIRES, ensuite parce qu’il se situe dans la partie la plus nature du Petit Canada, ce qui lui confère un aspect sauvage et boisé qui n'a rien à envier aux espaces canadiens ; et enfin parce qu'il s'agit d'un concept à échelle humaine: des petits groupes, une petite meute, des chiens et des mushers passionnés qui collent à la philosophie TERRes d’hIsTOIRES et n'ont pas envie de faire du traineaux business. Les visiteurs, on les bichonne, on les accompagne, on a envie qu’ils repartent avec des souvenirs indélébiles et surtout qu'ils reviennent pour goûter à d'autres activités par la suite, car sur la Porte de Saint-François-de-Sales, tout le monde se mobilise cette année pour développer la dimension nordique.

 Nathalie Damide-Baldji : Revenons justement sur la situation géographique. Vous nous parlez de Petit Canada...  Qu'est-ce que cela veut dire au juste?

Florence Bouvier : Il s'agit sur surnom tout à fait mérité de la station de Savoie Grand Revard, aux dires des canadiens eux-mêmes qui parfois débarquent dans ce secteur des pré-Alpes. C'est une station de moyenne montagne, au plateau nordique exceptionnel et les trois portes qui la composent ont chacune leur identité historique. Pour celle de Saint-François-de-Sales, que jai volontairement choisie pour proposer les balades avec les chiens de traineaux, c'est sans nul doute LA porte Nature de la station, et ses paysages sont à couper le souffle. Située à 40 mn de Chambéry ou Aix Les Bains, elle vous plonge tout à coup au cœur d'une nature sauvage préservée, loin de la foule... dans un parc naturel régional, à tel point qu'un observatoire astronomique a pu même être récemment installé tant le bruit et la pollution lumineuse y sont encore étrangers. Pour autant, il est facile de s'y garer, l'aspect pratique est important, et le foyer de ski de fond permet aussi de se poser et de goûter à une cuisine faite maison, teintée de la gastronomie savoyarde, dans une ambiance chaleureuse. 


Nathalie Damide-Baldji : Le chien de traineaux sur Saint-François-de-Sales, c'est tout nouveau donc ?

Florence Bouvier : Oui, c'est la première année que les particuliers (familles, couples…) vont pouvoir découvrir cette activité sur ce secteur, aussi étonnant que cela puisse paraitre, ça ne s'était jamais encore fait. Non seulement c'est nouveau, mais c'est totalement exclusif. Rendez-vous tous les mercredis des vacances scolaires avec TERRes d’hIsTOIRES association. Le parcours est totalement inédit, nous y tenions beaucoup et cela a pu se faire grâce à la complicité de la commune, du responsable des pistes nordiques, et la bonne volonté des acteurs locaux. Bien sûr, il faut en remercier en premier lieu le musher et sa meute de 18 chiens, qui acceptent de jouer le jeu en investissant un territoire différent, de se déplacer. L'avantage, c'est qu'il n'y aura pas d'embouteillages sur le parcours ! (rire). 

Nathalie Damide-Baldji : D'un point de vue pratique, réserver son baptême, ça se fait comment ?

Florence Bouvier : Comme nous le disions en début d'Interview, le chien de traineaux est une activité très très demandée. Il faut donc réserver à l'avance, au moment de réserver son hébergement par exemple, bref dès que possible, car les places sont limitées. Cela dit une famille de 4 à 5 personnes va partir avec le musher en embarquant sur le même traineau et vivre ensemble et en commun une demi-heure d'aventure palpitante inoubliable... Alors cela vaut bien un peut d'organisation en amont.

Nathalie Damide-Baldji : Et côté budget, ça n'est pas hors de prix?

Florence Bouvier : C'est une activité qui reste à prévoir dans le budget vacances, certes, mais quand on considère qu'elle implique de soigner, nourrir, entrainer, éduquer toute une meute de chiens à l'année, cela a aussi un coût. Un coût que l'association s'emploie à proposer au plus bas sans toutefois déprécier la valeur du travail du musher. Le tourisme durable et équitable, c'est aussi cela. Cela étant dit, vivre un moment magique, côtoyer les chiens, rencontrer un musher passionné, découvrir des paysages incroyables valent bien que l'on se fasse ce cadeau au moins une fois dans sa vie ! Je lance pour janvier et hors vacances scolaires, une formule couple hébergement + baptême chiens de traineaux d'1h avec visite du chenil, à partir de 340 € la semaine. Plus d'infos sur les tarifs selon le nombre de personnes ici sur le site WEB. 

Nathalie Damide-Baldji : Rendez-vous, bien chaudement habillé, pour la grande aventure les mercredis des vacances scolaires alors ?

Florence Bouvier : Vous êtes tous les bienvenus, le vin chaud vous attend ! Son Twitter

Annonces Google