Mis à jour le 

Château de Castelnaud

Un voyage à : Château de Castelnaud

Château de Castelnaud sur nos forums
Monuments
Un peu d'histoire…
Le château de Castelnaud fut édifié, au XIIe siècle, au sommet d'une falaise surmontant la Dordogne. Au début du XIIIe, il appartient à Bernard de Casnac. Mais en 1214, Simon de Montfort conquiert le château. La situation ne dure qu'un an, puisque Casnac reprend possession des lieux en 1215. Malheureusement, quelques mois plus tard, l'édifice est brûlé, sur ordre de l'archevêque de Bordeaux. La reconstruction ne se fait pas attendre. Un logis est rapidement reconstruit. En 1259, suite au Traité de Paris, Castelnaud est remis aux Anglais. S'en suit une évolution architecturale ; c'est à cette époque que le donjon est érigé.
 
Suite à un mariage, les Caumont deviennent propriétaires du château. Au cours de la guerre de Cent Ans, ils prennent parti pour les Anglais. Mais les Français ne l'entendent pas de cette oreille. Aussi, en 1442, au terme de trois semaines de siège, ordonné par Charles VII, ils reprennent possession des lieux. Les Caumont, qui sont à nouveau les seigneurs du château, font alors construire la barbacane, la tour d'artillerie, la basse-cour.

Le château est abandonné après la Révolution. Ce n'est qu'en 1966 qu'une famille française décide de le racheter et de le faire classer aux Monuments Historiques. Ils entament alors d'importants travaux de rénovation dont on peut voir le résultat aujourd'hui.

Visite guidée dans les dédales du château
Votre visite commence par la tour d'artillerie. Cette grosse tour ronde date du XVIe siècle ; on y pénètre par la poterne. Au rez-de-chaussée de la tour, vous découvrirez un petit canon que l'on appelle fauconneau. Puis, grimpez l'escalier ; sachez toutefois qu'il existe un parcours facile pour l'éviter. Entre le premier et le deuxième étage, se cache le magasin d'armes, un lieu inaccessible à l'ennemi. Au deuxième étage, se situe la chambre de tir. Vous découvrirez là de nouvelles pièces d'artillerie ainsi que deux moulages provenant de la frise de l'église d'Assier. Le dernier niveau était autrefois résidentiel. Vous pourrez y voir une bombarde, un canon veuglaire, une serpentine ainsi que deux orgues. Ces derniers datent du XVIe siècle et lançaient des balles de plomb de seize à dix-huit millimètres. Ils étaient utilisés sur les champs de bataille. Du haut de la tour d'artillerie, vous bénéficiez d'un beau panorama sur la Dordogne.

Votre visite se poursuit par le corps de logis. Pour cela, grimpez quelques marches. Le corps de logis est une tour plutôt carrée, datant de la fin du XVe siècle. Si elle a été victime des outrages du temps, elle est aujourd'hui en partie rénovée. En entrant dans la grande salle, vous découvrirez une armure ainsi qu'une cotte de maille. Celle-ci est constituée de 56000 anneaux et pèse près de neuf kilos. L'armure date du XVIe siècle. Dans cet espace, un film vous est présenté. Un espace bibliothèque est également accessible.

Gagnez maintenant le donjon. C'est la partie essentielle du château. Si son rôle est avant tout militaire, le donjon permet aussi au seigneur d'affirmer sa puissance. Il surplombe le village et offre une large vue sur les alentours. L'étage était le point névralgique de l'édifice. C'est d'ici que l'on assurait le commandement militaire. La salle est aujourd'hui garnie de quelques meubles d'époque : malle (XVe siècle), petit coffre à vêtements (fin XVIe siècle), banc coffre (XIIIe ou XIVe siècle)….

Vous sortez ensuite sur le chemin de ronde, où vous ne manquerez pas de profiter des vues qui s'offrent à vous. Vous pouvez y observer plusieurs machines de guerre médiévales. Vous passez notamment près de l'impressionnante bricole. Il s'agit d'une machine de jet pouvant lancer des projectiles, de quatre à cinq cents kilos, à plus de trente mètres. Il ne fallait pas moins de quatre personnes pour la manipuler.

Un peu plus loin, vous entrez dans la salle des armes de jet. Parmi elles, se trouve un trébuchet lance-flèche. Cette machine, imaginée par Villard de Honnecourt, au XIIIe siècle, aurait permis de lancer des javelots de cent cinquante kilos à plus de trois cents mètres. Mais elle n'a probablement jamais existé car elle aurait été trop compliquée à construire. Cet exemplaire a été reconstitué à partir de plans originaux. La salle suivante regroupe une belle collection d'armes de jet.

En sortant, vous pourrez apprécier un bel escalier à vis. En le descendant, vous accéderez à la salle des vitrines centrales ainsi qu'à la maquette du siège de 1442. A cette époque, Castelnaud appartient aux Anglais. Mais les Français, sur ordre de Charles VII, décident de se relancer à sa reconquête. Le 28 mai, après trois semaines de siège, c'est chose faite, les Anglais se rendent.

La dernière salle que vous visitez est la cuisine. Tout près de la cheminée se trouve un petit four à pain. Au Moyen-Age, c'était un luxe de pouvoir le faire soi-même. La salle regroupe également des objets de la vie quotidienne. Puis vous ressortez. Vous passez devant l'atelier de forge dans lequel l'armurier fabriquait les pièces nécessaires au fonctionnement des armes de guerre.

Votre visite touche à sa fin. Vous arrivez dans la haute-cour, située au pied du donjon. C'est un endroit particulièrement protégé puisque le mur d'enceinte mesure quinze mètres. C'est ici que se trouvait le puits permettant de fournir, aux occupants du château, de l'eau potable.
Avant de sortir et d'arriver dans la basse-cour, vous passez sous la barbacane. Cet édifice protège la porte d'entrée du château, c'est pourquoi elle est percée de plusieurs canonnières.

Enfin, la basse-cour était sans conteste le lieu le plus animé puisque c'est là que se trouvaient les échoppes. C'était aussi le lieu de refuge des villageois en cas d'attaque.

Partir à : Château de Castelnaud

Carte Château de Castelnaud

Latitude : 44.82 - Longitude : 1.15

Réserver vos vacances

Recherche d'hôtel

Ville

Arrivée

Départ

Booking.com

Magazine