Mis à jour le 

Hôtels particuliers de Toulouse

Un voyage à : Hôtels particuliers de Toulouse

Hôtels particuliers de Toulouse sur nos forums
Itinéraires
Toulouse connut la prospérité au XVIe siècle grâce au commerce du pastel, cette fleur qui donnait une teinture bleue indélébile. Les marchands qui s'enrichirent purent se faire construire des hôtels particuliers, dont on peut encore en voir quelques-uns disséminés dans la ville. Les parlementaires, appelés capitoul, possédaient aussi de belles demeures. Voici un petit circuit dans la Ville Rose qui vous permettra d'en découvrir quelques-unes.

Notre point de départ se situe rue du Languedoc, à la hauteur du parking des Carmes. Tout à côté se trouve l'hôtel du Vieux Raisin (au n°36). Ce superbe édifice de style Renaissance fut érigé vers 1515 par le parlementaire Bérenguier Maynier. N'hésitez pas à entrer dans sa cour intérieure, voyez la richesse de sa décoration, en particulier les statues des atlantes et cariatides qui ornent les fenêtres. A gauche, au-dessus de la petite porte, deux anges encadrent un blason.

Remontez la rue d'Aussargues et voyez dans la rue Ozenne l'hôtel de Dahus. On le reconnaît facilement à sa tour rehaussée d'une tourelle. Celle-ci fut élevée au début du XVIe siècle. Sur le fronton au-dessus de la porte figurent deux lions portant un blason.

Revenez sur vos pas, suivez la rue des Carmes puis la rue des Prètres et la rue Saint-Jean. Tournez à gauche dans la rue de la Dalbade qui renferme quelques beaux hôtels particuliers : au n° 22 l'hôtel Molinier, au n°25 l'hôtel de Pierre et en face l'hôtel des Chevaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem, aujourd'hui siège local de l'ordre de Malte. Le premier présente un portail à la décoration chargée faite de colonnes corinthiennes et de cabochons. L'hôtel de Pierre, aussi nommé hôtel de Clary, fut construit en 1538 pour le capitoul Nicolas de Bagis. Sa façade date du XVIIe siècle. Construite en pierre, elle était un signe de richesse, dans cette ville où le matériau bon marché était la brique.

Remontez la rue jusqu'à la grande rue de Metz. Tournez à droite et voyez l'hôtel d'Assézat, sans doute le plus beaux d'entre tous. Cet hôtel particulier du XVIe siècle fut bâti par Nicolas Bachelier pour Pierre d'Assézat, un marchand de pastel. Ce dernier n'aura pas le loisir de voir l'édifice achevé puisqu'il mourut avant la fin des travaux. L'architecture suit celle adoptée dans la cour carrée du Louvre : superposition sur trois niveaux de trois ordres (dorique, ionique et corinthien). Aujourd'hui, l'hôtel d'Assézat héberge la Fondation Bemberg, un musée privé qui présente une collection de pièces très intéressantes (tableaux de maîtres, beau mobilier…).

De là, prenez la rue de la Bourse, bifurquez à gauche rue du prieuré et à droite dans la rue Gambetta. Au n°1, l'Hôtel de Bernuy héberge aujourd'hui le lycée Pierre-de-Fermat. Observez sa porte d'inspiration gothique. L'ancienne demeure de Jean de Bernuy fut construite durant le premier tiers du XVIe siècle par l'architecte Louis Privat. On pénètre dans une première cour. Porté par un style Renaissance, un portique à loggia a été aménagé (dos à vous quand vous entrez dans la cour). Sur l'un des côtés, on remarque une arcade surbaissée. Prenez le passage voûté et accédez à la deuxième cour. De celle-ci, on peut voir la jolie tour d'escalier, l'une des plus hautes de la vieille-ville. On ne peut malheureusement pas visiter l'intérieur.

Partir à : Hôtels particuliers de Toulouse

Carte Hôtels particuliers de Toulouse

Latitude : 43.60 - Longitude : 1.44

Réserver vos vacances

Recherche d'hôtel

Ville

Arrivée

Départ

Booking.com

classement lycée 2016

Retrouvez gratuitement et en intégralité le classement des lycées à TOULOUSE ou à proximité, mais aussi le classement des lycées en Haute-Garonne.

Magazine