Mis à jour le 

Le Marais mouillé

Le Marais mouillé Photo : Pierre LAVILLE

Un voyage au Marais mouillé

Le Marais mouillé sur nos forums
Curiosités naturelles
Espace de voies d'eau de prairies affleurantes, le Marais mouillé constitue la partie la plus belle et la plus surprenante du Marais poitevin.

Alors que partout dans le monde l'homme a assaini ses marais en drainant l'eau, il a préféré ici partager l'espace pour trouver une harmonie nouvelle. Plutôt que de chasser l'eau pour cultiver de grandes parcelles entre deux canaux, il a choisi de fragmenter la terre et de se déplacer sur l'eau.

Entre conches et fossés, les prairies se colorent de vert, de jaune ou de noir, la couleur de la tourbe labourée. Au cœur de ce marais, où seules les barques passent, plusieurs dizaines d'hectares voient paître les vaches sans que jamais un bruit de moteur n'interrompre les conciliabules de la faune.

A l'ouest du Marais poitevin et essentiellement sur le territoire des Deux-Sèvres, le marais mouillé inclut la Venise Verte, le Marais de l'Autize et le Marais sauvage.

Un assèchement récent et incomplet
Tandis que l'essentiel des aménagements du Marais desséché a été effectué avant le XVIIIe siècle, c'est sous le règne de Napoléon 1er que le Marais mouillé fit l'objet de travaux. La Sèvre Niortaise ayant été déclarée élément de navigation prioritaire, des entreprises de canalisation sont effectuées.

Progressivement, et surtout sous Louis-Philippe, conches et fossés sont creusés par les habitants qui investissent plus profondément la zone. Cela permet de dégager de petites parcelles qui peuvent alors être exploitées. Des frênes têtards (reconnaissables à leurs branches taillées au ras du tronc généralement à deux mètres de haut) ainsi que des boulots, sont plantés le long des voies d'eau pour stabiliser les bords.

Rigoles et conches sont navigables et rapidement déclarées d'utilité publique. Placées sur des terrains privés, elles ne peuvent être bouchées et sont entretenues par des associations de propriétaires depuis le XIXe siècle. Il ne faut par contre pas s'étonner de voir des fossés comblés, ceux-ci étant, sauf exception, de la seule responsabilité de leur propriétaire.

Les prairies ainsi dégagées sont plantées de peupliers ou peuplées de vaches. Si le traditionnel blanc du Poitou est délaissé au profit de variétés différentes, les convois de bois restent courants. Abandonnées lors de l'exode rurale, ces parcelles ont été massivement réinvesties par l'élevage bovin.On y élève notamment la race maraîchine mais aussi les salers et aquitaines. Elles sont transportées dans d'impressionnantes plates de 22 pieds, dont il existe encore des modèles en ciment.

Un espace à découvrir sur l'eau

L'étape indispensable de la visite du marais est la balade en barque avec guide. Presque tous les villages du marais mouillé sont dotés d'embarcadères pour entrer au cœur du marais, notamment dans la Venise Verte.

En période estivale, il est conseillé de programmer cette sortie dans la matinée pour éviter l'affluence. On profite ainsi de la quiétude des rigoles et autres conches. On apprécie encore plus le calme lors de la moyenne saison, même si les lentilles, à l'image des touristes, se distinguent par leur absence. Il est également préférable d'éviter les embarcadères de grande taille qui peuvent proposer des bateaux très éloignés de la barque traditionnelle et qui ne permettent pas de profiter pleinement du paysage.

Nommée « plate » ou « batai », la barque n'est certes plus en métal mais sa forme singulière a été conservée : elle est  plus effilée à l'arrière qu'à l'avant afin de permettre au batelier de la diriger plus aisément. Celui-ci la guide à l'aide d'une grande perche nommée « pigouille » ou d'une fine rame baptisée « pelle ».

A son bord, on entre dans le cœur du Marais mouillé. Sous une voûte végétale, on a le sentiment de traverser une cathédrale fraîche et silencieuse où les rayons percent sous les feuillages comme à travers les vitraux. En été, la densité de lentilles est telle que les voies d'eau forment de véritables tapis verts dans lesquels se détache le sillage des plates. Les prairies affleurent, ne surpassant le niveau de l'eau que quelques centimètres. Enfin, au terme de votre parcours, le guide enflamme sous vos yeux la surface de l'eau après avoir fait remonté le méthane issu de la décomposition des végétaux.

Pour les esprits indépendants, il est également possible de louer des plates sans guide ou encore des canoës, plus sportifs mais au maniement instinctif.

Le Marais à vélo

La politique récente des chemins blancs permet une autre approche du marais. Vous pouvez ainsi emprunter les chemins blancs consacrés aux randonnées en vélo, presque aussi faciles à louer que les barques. Toutefois, le sentiment de dépaysement est bien moindre et les zones les plus typiques, dénuées de pont et de routes, sont par définition inaccessibles.


Les tarifs de location de barques varient selon le lieu, la durée et le nombre de personnes embarquant dans la même plate.

Ainsi avec un guide pendant une heure, le prix peut aller de 5 à 25 euros selon les conditions et les embarcadères. Ainsi on peut louer les services d'un guide et d'une barque pour environ 25 euros et emmener jusqu'à six personnes. Plus cher lorsqu'on est seul ou à deux, ce type de formule permet aussi de profiter sans partage de la balade.

On peut également louer une barque sans prendre de guide, aux environs de 10-15 euros de l'heure ou une cinquantaine d'euros la journée.

Le prix d'un canoë se situe dans les environs de 10 euros pour une heure et d'une trentaine d'euros pour la journée.

Quant aux VTT, il faut compter environ 5 euros pour une heure et 15 euros pour la journée.

Partir au Marais mouillé

Carte Le Marais mouillé

Latitude : 46.32 - Longitude : -0.59

Réserver vos vacances

Recherche d'hôtel

Ville

Arrivée

Départ

Booking.com

Magazine