L'Internaute > Voyager >
Amazonie > Le projet Shiwiars
VOYAGEUR
 
Juillet 2006

Le projet "Shiwiars"

L'histoire est celle d'un voyage à Tanguntsa, l'un des lieux les plus extrêmes de la planète, habité par les indiens Shiwars. Souvent dénommés Jivaros, les membres de cette tribu légendaire s'etaient taillés une inquiétante réputation de chasseurs de tête...

  Envoyer à un ami | Imprimer cet article  

Le projet, monté en collaboration avec le Palais de Tokyo, cherchait à faire se relier deux des points les plus éloignés du monde, tant sur le plan géographique que culturel.

Comme nous l'explique Valery Grancher : "la vraie nature de ce projet est simple : questionner l'art en dehors du champ de l'art, en dehors du gap existant entre culture et monde... Questionner l'art dans une humanité qui n'entretient aucune distance avec la nature...". L'artiste Valery Grancher est donc parti dans ces territoires reculés..

Les reducteurs de tête

Les Shiwars
La communauté des Shiwars Photo © Valery Grancher

Isolés dans la jungle de la Haute Amazonie, aux confins de l'Equateur et du Pérou, ceux qui se dénomment aussi Achuar, les "gens du palmier d'eau" sont fiers de leurs traditions et très attachés à leur mode de vie. Vivant dans les régions de Pastaza, situées sur le versant ouest de la cordillère des Andes, dans une zone où la biodiversité est la plus importante, ils représentent une communauté de 727 personnes, réparties dans 9 villages.

Ce n'est qu'en 1941 que s'est effectué leur premier contact avec le monde occidental, lors de la guerre opposant le Pérou à l'Equateur. Depuis, très peu d'incursions étrangères se sont produites. L'influence des missions évangélistes, qui ont développé des échanges commerciaux avec eux, a cependant mis un frein à leurs rituels guerriers.

"Bien plus qu'écologiste, partie intégrante de l'écosystème amazonien, ils ont bâti une civilisation hédoniste dans laquelle le temps immédiat et présent se dilate pour mieux embrasser la cosmologie de la nature environnante célébrant la vie et la mort.

Ils interagissent avec le monde aux frontières de la magie et de l'illusion. La civilisation moderne est venue leur offrir la modernité pour laquelle ils ne nous remercient pas" (Valéry Grancher).

Le palais de Tokyo

Afin de créer un lien direct et créatif avec cette zone reculée, Valery Grancher va faire vivre son aventure au jour le jour sur Internet, par le biais d'un blog créé pour l'occasion. A son retour, un colloque au palais de Tokyo permet de faire se rencontrer l'un des responsables du village Shiwiars avec plusieurs personnalités impliquées dans les luttes pour la survie de ces territoires. D'autre part, une installation visuelle et sonore propose d'approfondir et de développer le lien ainsi créé.


» Lire aussi : l'interview de Valery Grancher

» Voir aussi : les extraits du film de Valery Grancher


EN IMAGES Les plus belles photos du voyage en Amazonie
21 photos

Magazine Voyager Envoyer | Imprimer Haut de page
Votre avis sur cette publicité