Mis à jour le 

Saint-Pierre

Trouver les hôtels aux meilleurs prix avec Linternaute
Chercher un hôtel à Saint-Pierre

Un voyage à Saint-Pierre

Saint-Pierre sur nos forums
Classée « Ville d'Art et d'Histoire », Saint-Pierre ne se laisse pas appréhender par une simple traversée au pas de course. Il faut prendre le temps de découvrir un à un les vestiges de son riche passé d'ancienne capitale de la Martinique, anéanti par l'éruption volcanique de la Montagne Pelée en 1902.

Le destin tragique de Saint-Pierre
La ville de Saint-Pierre restera pour longtemps associée à un certain 8 mai 1902, lorsqu'elle fut rasée par une éruption volcanique en quelques minutes à peine. Avant le drame, Saint-Pierre était pourtant la capitale économique et culturelle de la Martinique. Son rayonnement portait même au-delà de l'île, puisqu'on la désignait comme le « Petit Paris des Antilles ». La ville fut la première cité fondée par le gouverneur Pierre Belain d'Esnambuc en 1635. Siège du premier gouvernement de la colonie, dotée d'un fort, elle s'imposa comme la plus grande ville de Martinique.

Saint-Pierre vit dès lors des quantités de navires de commerce en provenance de La Rochelle, Nantes, ou encore Bordeaux effectuer un va-et-vient incessant dans sa baie. Au début du XXe siècle, la suprématie de Saint-Pierre sur Fort-de-France était incontestable : son théâtre était le plus grand des Antilles et la ville disposait même d'un tramway. Saint-Pierre était également considérée comme une ville de plaisirs, voire de débauche, car elle comptait de nombreuses maisons closes.

Mais un coup fatal sera porté à Saint-Pierre au matin du 8 mai 1902, par le sommet qui domine la ville : la Montagne Pelée. La cité fut en effet rasée, en quelques secondes seulement, par une éruption qui donna naissance à un nouveau type de manifestation volcanique particulièrement violente : les éruptions péléennes. La redoutable nuée ardente fit 30 000 victimes, asphyxiées ou carbonisées. L'histoire retient un seul survivant, qui devint naturellement une légende. Il s'agit d'un certain Cyparis, un prisonnier qui fut miraculeusement protégé par l'épaisseur des murs de sa cellule.

L'aspect dramatique de cet événement est renforcé par le fait que le volcan avait déjà depuis plusieurs semaines donné des signes d'une activité volcanique anormale. Certains Pierrotins avaient même préféré se réfugier à Fort-de-France. Mais l'échéance d'élections législatives, le 11 mai 1902, poussa le gouverneur Mouttet à rassurer la population pour ne pas perturber le scrutin, au point de faire revenir sa femme à Saint-Pierre le 7 mai !

Sur les traces d'un passé prestigieux
La ville de Saint-Pierre ne se remettra jamais vraiment de ce cataclysme et ne compte aujourd'hui encore qu'à peine 5 000 habitants. Il n'en demeure pas moins intéressant de parcourir la ville à pied, seul ou accompagné d'un guide conférencier, pour découvrir quelques-uns des vestiges de la ville, témoins de son lustre d'antan. Ainsi, vous croiserez les ruines de l'ancien théâtre, dont les majestueux escaliers évoquent la splendeur passée. Vous apercevrez également le cachot du célèbre Cyparis, ou encore l'ancienne église du fort et le pont sur la rivière Roxelane, qui fut la seule construction à résister à l'éruption.

Notez qu'un intéressant petit train touristique permet de découvrir les différents vestiges historiques de la ville avec les commentaires d'un guide passionné, qui vous plonge dans l'ambiance du Saint-Pierre d'avant 1902.

Sur ce sujet, vous pourrez également visiter le Musée Volcanologique Franck Perret, regroupant des témoignages, des photos et des objets (fondus ou déformés par la chaleur de la nuée ardente !) retrouvés dans les vestiges. Une autre approche de l'événement peut être faite sous l'eau, dans la baie de Saint-Pierre qui borde la ville. La vingtaine de bateaux qui étaient au mouillage face à Saint-Pierre ce 8 mai 1902 sont autant d'épaves que les plongeurs peuvent aujourd'hui découvrir avec les clubs de plongée de la ville. Enfin, le Conseil Général de la Martinique a récemment ouvert le Centre de Découverte des Sciences de la Terre, faisant face à la Montagne Pelée qui se reflète dans sa façade de verre. On y découvre des expositions et animations scientifiques, qui abordent bien sûr la fameuse éruption de la Montagne Pelée, mais également les cyclones, les séismes, etc.

En quittant Saint-Pierre, en direction de Fort-de-France, vous pouvez faire une halte à l'Habitation Anse-Latouche, un jardin botanique installé dans le cadre privilégié des ruines d'une ancienne habitation sucrière. Rassemblant notamment de nombreux cactus, ce site remarquable fut aménagé par Jean-Philippe Thoze, celui-là même qui créa le célèbre jardin de Balata.

Office du Tourisme
Rue Victor Hugo - Face à l'ancien théâtre

Musée Volcanologique Franck Perret
Rue Victor Hugo
Tarif : 2 euros.
Ouverture : ouvert tous les jours de 10h à 17h.

Centre de Découverte des Sciences de la Terre
Habitation Perinnelle. A Saint-Pierre, prendre la direction du Prêcheur, puis suivre les panneaux « C.D.S.T ».
Tarif : adulte : 5 euros ; réduit : 3 euros ; famille : 12 euros.
Ouverture : ouvert de septembre à juin du mardi au dimanche de 9h à 17h. En juillet et août, de 10h à 18h.

Habitation Anse-Latouche
Quartier Anse la Touche - 97221 Le Carbet
Tarif : 5,50 euros ; réductions. Billet groupé avec le Jardin de Balata : 10 euros.
Ouverture : ouvert tous les jours de 9h30 à 17h.

Plus d'informations sur la commune

Partir à Saint-Pierre

Carte Saint-Pierre

Latitude : 14.74 - Longitude : -61.17

Saint-Pierre, les articles à lire

Saint-Pierre, les plus belles photos

Réserver vos vacances

Recherche d'hôtel

Ville

Arrivée

Départ

Booking.com

Magazine