Sommaire

En savoir plus

Sujet illustré

 
Ayers Rock dans le désert de Gibson Photo © Patrice GUIONNIET
 

Où : Aux antipodes, l'Australie est un pays-continent grand comme 15 fois le nôtre. Il est également l'un des plus plats, avec une altitude moyenne d'environ 330 mètres. C'est aussi un pays semi-désertique qui compte trois déserts : le "Grand Désert du Nord", le désert de Gibson dans le centre et le désert de Victoria au Sud. Par sa superficie, cet ensemble représente la seconde masse désertique du monde après le Sahara. Le désert de Gibson tient son nom d'Alfred Gibson, un explorateur qui, en 1876, s'y est perdu en cherchant de l'eau.

Caractéristiques : Son paysage, appelé "bush" est fait de dunes de sable fossilisées alternant avec de longues croûtes rocheuses évoquant les hauts plateaux d'Afrique du Nord. Ces espaces immenses aux paysages bruts sont particulièrement arides : il ne pleut quasiment jamais dans la région. Les températures oscillent entre 32 et 40° C en été. En hiver, elles redescendent entre 18 et 23° C.

Le sable rouge, très caractéristique des déserts australiens, est riche en fer. Bien que les paysages soient particulièrement hostiles à toute forme d'habitation, quelques villes se sont développées, notamment Alice Springs (25 000 habitants), en plein cœur de la région. C'est une véritable oasis de couleur ocre, passage obligé avant de se rendre au beau milieu du désert. Située au centre du pays, elle est à peu près à équidistance d'Adélaïde et de Darwin, à environ 1300 km à vol d'oiseau des côtes nord et sud. Une certaine végétation a réussi à se développer, notamment des arbustes à feuilles persistantes comme l'eucalyptus et le mulga.

Les animaux aussi ont peuplé le territoire : le bilby (sorte de lapin à grandes oreilles et museau pointu), le kangourou, l'émeu et une grande variété d'oiseaux.

A voir absolument : Même si vous ne vous êtes jamais rendu en Australie, vous avez forcément déjà entendu parlé d'Ayers Rock, appelé Uluru par les Aborigènes. Dans le parc national d'Uluru-Kata Tjuta, à 460 km au sud-ouest d'Alice Springs, le plus gros monolithe du monde est vieux de 600 millions d'années, haut de 348 mètres, long de 3 km et d'une circonférence de 9,4 km. Selon les croyances, sa taille ne représenterait qu'un tiers de la totalité, le reste se trouvant enfoui sous la terre. Il est le résultat de l'érosion de plusieurs millions d'années d'une chaîne de montagnes sédimentaires. Il est considéré comme sacré par les "Anangu", peuple aborigène ancestral qui assure désormais la gestion du parc. Ainsi est-il fortement déconseillé de gravir Ayers Rock, ceci étant considéré comme une offense par les gardiens.

 
Sur la route d'Alice Springs Photo © Florent TURNUS
 

Au lever ou au coucher du soleil, Uluru offre des dégradés de rouge et d'oranger, avant de virer au gris au moment du crépuscule. Les plus courageux pourront entreprendre d'en faire le tour, il se fait en moins de cinq heures. Lors de cette promenade, ils découvriront une flore et une faune adaptées aux conditions climatiques désertiques, visiteront les sites sacrés où se déroulent des rites aborigènes et verront de nombreuses grottes et fontaines d'eau servant aux hommes et aux animaux du bush. Pour les moins sportifs, rendez-vous au centre culturel aborigène du parc, toutes les informations sont disponibles.

Le conseil de Hervé Saliou, directeur de l'agence de voyage "Deserts" : "Les paysages des déserts australiens sont immenses, plats, infinis et le mouvement ne s'y inscrit que sur de très longues distances. On y voit par exemple des dunes pas très hautes qui s'allongent et s'étirent sur plusieurs kilomètres. Peu d'infrastructure sont prévues, c'est donc sous l'angle d'une véritable aventure qu'il faut les approcher."

 


Magazine Voyager Envoyer Imprimer Haut de page
Votre avis sur cette publicité